RCA: le ministre Armel Sayo toujours aux mains de ses ravisseurs

Photo non datée d'Armel Sayo, ministre centrafricain de la Jeunesse et des sports.
© DR

A Bangui, Armel Sayo, ministre de la Jeunesse et des sports, est toujours otage de combattants anti-balaka. Il a été enlevé dimanche 25 janvier dans la capitale centrafricaine. Les négociations pour tenter d'obtenir sa libération piétinent.

Ce sont les autorités, via le ministre de la Sécurité publique, qui suivent le dossier. Néanmoins, comme pour la Française Claudia Piest, c’est l'archevêque de Bangui qui est en première ligne. Monseigneur Nzapalainga reste très discret, car « le silence est la meilleure des solutions lors d'une prise d'otage », dit-il.

Selon nos informations, les ravisseurs exigent en priorité une rançon, mais le contact avec ces combattants anti-balaka est complexe car la filière - qui doit permettre d'ouvrir des négociations concrètes - n'est pas fiable.

« Nous essayons d'avoir chaque jour une preuve de vie et c'est déjà compliqué », indique un membre de l'équipe de négociation.

Pour les autorités, qui estiment que l'utilisation de la force n'est pas une solution et qui parlent désormais d'un acte terroriste, il est temps que les leaders des anti-balaka mettent la pression sur ceux qui détiennent le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Difficile donc de savoir quand le colosse Armel Sayo - il mesure près de 2 mètres et affiche plus de cent kilos sur la balance - sera libéré.

« Cela peut durer longtemps ou se débloquer, comme pour l'otage française, en quelques minutes », a conclu une source au sein du gouvernement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.