Sénégal: à Dakar, Christine Lagarde souligne «l'ambitieux» PSE

La directrice générale du FMI Christine Lagarde et le président sénégalais Macky Sall, à Dakar, le 29 janvier 2015.
© REUTERS/Stephen Jaffe/IMF

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde est arrivée ce jeudi 29 janvier à Dakar pour une visite de trois jours. Elle a été reçue par le président Macky Sall, pour un entretien qui a porté sur le financement du Plan Sénégal émergent (PSE). C'est le grand programme économique de Macky Sall, qui vise à doubler le taux de croissance en 10 ans.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Cela faisait 15 ans qu'un directeur général du FMI n'était pas venu en visite à Dakar. Le FMI y est souvent critiqué pour ses politiques d'austérité. C'était donc l'occasion, pour Christine Lagarde, de faire cette mise au point : « Le FMI est toujours attaché à la dimension humaine de ses programmes et nous sommes en particulier très attentifs à ce que l’on appelle les filets de soutien mis en place pour les populations les plus pauvres. Je crois que dans le PSE, qui est ambitieux - il prévoit un doublement de la croissance -, on trouve en germe une croissance solidaire. »

Qui dit plan ambitieux dit aussi réformes ambitieuses. « Nous avons engagé des réformes, nous allons les poursuivre », a déclaré le président sénégalais Macky Sall, citant en exemple la bonne gouvernance. « Nous avons non seulement fait voter une nouvelle loi qui fait obligation à l’ensemble des gestionnaires publics, de faire une déclaration de patrimoine, et nous avons aussi mis en place un office de répression contre la fraude et la corruption (Ofnac). C’est dire si nous essayons d’encadrer la gouvernance, de façon à créer les conditions d’une mise en œuvre réussie du PSE. »


Une aide supplémentaire annoncée pour les pays touchés par Ebola

Durant son séjour au Sénégal, la directrice générale du FMI aura des rencontres avec le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Elle prononcera, ce vendredi, une allocution devant l'Assemblée nationale. Mais au-delà de la situation économique au Sénégal, Christine Lagarde a déjà évoqué la question d’Ebola, et ses conséquences dans les pays les plus touchés (Sierra Leone, Liberia et Guinée) :

« Le FMI avait très rapidement mis en place des financements ultra-concessionnels, puisqu’à 0% d’intérêt pour un montant collectif de 130 millions de dollars. Nous allons, début février, soumettre au conseil d’administration du FMI un financement complémentaire pour ces trois pays de l’ordre de 160 millions de dollars, à nouveau ultra-concessionnels. » Pour Christine Lagarde, l’objectif est « d’alléger la dette des trois pays en bonne intelligence avec un certain nombre de pays donateurs avec lesquels nous avons engagé des dialogues. » Et d'ajouter : « J’espère qu’on aura de bonnes nouvelles à vous annoncer dans des délais rapides. »