Republier
Comores

Tentative de coup d'Etat de 2013 aux Comores: 12 condamnations

Ikililou Dhoinine, le président des Comores.
© Ibrahim Yossouf /AFP

Dans l’affaire de la tentative de coup d’Etat du mois d’avril 2013, le verdict a été rendu ce samedi 31 janvier par la très spéciale Cour de la sureté de l’Etat. Quinze personnes étaient poursuivies pour différents chefs d’accusation : complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national, détente d’armes à feu et de munitions, non-dénonciation de crimes et délits.

« La Cour a été clémente » : ce sont les mots que Soilihi Mahamoud, commissaire du gouvernement auprès de la Cour de sûreté de l’Etat a employé pour commenter le verdict. Les sentences prononcées vont de 22 mois à 5 ans fermes, la plus élevée est de 10 ans fermes.

Quinze personnes étaient accusées d’avoir voulu déstabiliser le régime après leur arrestation en possession notamment d’armes de poing, de Kalachnikovs et d'Uzis. Deux acquittements et une relaxe ont été prononcés.

L’accusé ayant déjà purgé sa peine en détention provisoire a été libéré dès hier. La moitié des accusés sont d’anciens militaires congolais et tchadiens. Le ministère public souhaitait également envoyer un message à travers ces sentences : « ceux qui viennent dans ce pays pour faire des coups d’Etat doivent être avertis ». Ils purgeront tous la totalité de leur peine aux Comores.

De son côté Me Aticki Youssouf, l’un des avocats de la défense, rappelle que ses clients n’ont avoué que la détention d’armes et que cela aurait dû relever du tribunal correctionnel. La Cour de sûreté de l’Etat a ceci de spécial qu’il n’y a aucun recours possible après les décisions qu’elle a rendues. Selon Me Aticki, c’est contraire aux valeurs de liberté et de droits fondamentaux.

Les commanditaires de cette tentative de coup d’Etat seraient en France. Une enquête est en cours d’instruction. Ils ont déjà été entendus afin de déterminer leur implication.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.