RDC: le général Mandevu devrait être remplacé

Parade de l'armée de la République démocratique du Congo pour le 54e anniversaire de l'indépendance, à Goma, le 30 juin 2014.
©

La Monusco, la mission des Nations unies en RDC, a demandé le remplacement du général Mandevu, nommé il y a une semaine à la tête de l'opération que mène l'armée congolaise contre les FDLR, les rebelles hutus rwandais implantés à l'est du Congo. Mandevu est en effet placé par l'ONU sur liste rouge. Des unités qu'il a dirigées par le passé sont accusées de graves violations des droits de l'homme. 

Kinshasa va corriger le tir et Mandevu sera remplacé à brève échéance. Voilà la certitude affichée par un haut responsable de la Monusco qui préfère garder l'anonymat. Le général Bruno Mandevu a été nommé dimanche dernier à la tête des opérations contre les FDRL dans l'est du Congo, mais cette semaine la Monusco a fait savoir aux autorités congolaises qu'elle désapprouvait cette nomination. Mandevu est en effet sur liste rouge.

Dans les années 2010-2011, il a commandé des unités engagées contre les rebelles ougandais de la LRA. Unités qui ont commis de nombreuses exactions, meurtres et viols notamment. Pour autant la Monusco, qui a donné son accord à un soutien logistique à l'armée congolaise pour l'opération contre les FDLR, ne renonce pas à ce rôle. Ce serait faire prendre inutilement du retard à toute l'opération, assure un responsable de Monusco, alors que Mandevu sera bientôt remplacé.

La Monusco rappelle par ailleurs que ce n'est pas la première qu'elle signale des canards boiteux à l'état-major congolais. Par le passé, elle a refusé de travailler avec certains militaires. Un seul exemple, le général Bosco Ntaganda, intégré dans l'armée après 2009. Bien lui en a pris, car Ntaganda est aujourd'hui inculpé par la Cour pénale internationale.