RDC: le général Mandevu devrait être remplacé

Parade de l'armée de la République démocratique du Congo pour le 54e anniversaire de l'indépendance, à Goma, le 30 juin 2014.
©

La Monusco, la mission des Nations unies en RDC, a demandé le remplacement du général Mandevu, nommé il y a une semaine à la tête de l'opération que mène l'armée congolaise contre les FDLR, les rebelles hutus rwandais implantés à l'est du Congo. Mandevu est en effet placé par l'ONU sur liste rouge. Des unités qu'il a dirigées par le passé sont accusées de graves violations des droits de l'homme. 

Kinshasa va corriger le tir et Mandevu sera remplacé à brève échéance. Voilà la certitude affichée par un haut responsable de la Monusco qui préfère garder l'anonymat. Le général Bruno Mandevu a été nommé dimanche dernier à la tête des opérations contre les FDRL dans l'est du Congo, mais cette semaine la Monusco a fait savoir aux autorités congolaises qu'elle désapprouvait cette nomination. Mandevu est en effet sur liste rouge.

Dans les années 2010-2011, il a commandé des unités engagées contre les rebelles ougandais de la LRA. Unités qui ont commis de nombreuses exactions, meurtres et viols notamment. Pour autant la Monusco, qui a donné son accord à un soutien logistique à l'armée congolaise pour l'opération contre les FDLR, ne renonce pas à ce rôle. Ce serait faire prendre inutilement du retard à toute l'opération, assure un responsable de Monusco, alors que Mandevu sera bientôt remplacé.

La Monusco rappelle par ailleurs que ce n'est pas la première qu'elle signale des canards boiteux à l'état-major congolais. Par le passé, elle a refusé de travailler avec certains militaires. Un seul exemple, le général Bosco Ntaganda, intégré dans l'armée après 2009. Bien lui en a pris, car Ntaganda est aujourd'hui inculpé par la Cour pénale internationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.