Tchadiens et Camerounais repoussent Boko Haram à Fotokol

Un pilote de l'armée camerounaise chargé de surveiller la frontière nord du Cameroun, près de laquelle opèrent les islamistes de Boko Haram, le 18 juin 2014, à Garoua.
© AFP PHOTO / REINNIER KAZE

De violents combats se sont déroulés toute la matinée de ce mercredi à Fotokol, une ville camerounaise située à la frontière avec le Nigeria. Des éléments de Boko Haram, chassés mardi de Gamboru par des militaires tchadiens, ont ensuite tenté de prendre la localité. Les jihadistes se sont heurtés à une forte résistance tchado-camerounaise.

Les armées camerounaise et tchadienne ont pu reprendre il y a peu la ville de Fotokol. Les renforts sont venus côté Cameroun de Kousséri, Mora et Kolofata, pendant qu’une colonne de l’armée tchadienne qui se trouvait à Gamboru, de l’autre côté de la frontière au Nigeria, a rappliqué instamment.

Entrés à Fotokol autour de quatre heures du matin, les assaillants de Boko Haram ont égorgé plusieurs civils, incendié des habitations et des bâtiments administratifs. Une source militaire indique que les combattants jihadistes ont joué de ruse en contournant les positions de l’armée tchadienne et en attaquant, non pas frontalement, mais de dos.

La riposte a été très énergique et a duré quasiment toute la matinée. Un premier bilan révèle que trois soldats camerounais seraient morts au combat alors que des dizaines de corps d'assaillants jonchent les rues de la ville. Depuis, le calme est revenu dans la localité, mais les opérations militaires ont toujours cours dans la région.