Afrique du Sud: le bras de fer continue entre Malema et Zuma

Le président sud-africain Jacob Zuma (G) et Julius Malema (D).
© Montage RFI

En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma accuse l’opposition de vouloir semer le chaos au Parlement pour se faire de la publicité. Julius Malema, le leader populiste des Combattants de la liberté économique (EFF), menace de semer la discorde lors du discours à la nation du chef de l’Etat prévu ce jeudi.

C’est un véritable bras de fer qui s’est engagé entre le président Zuma et Julius Malema. Le leader populiste a promis de perturber le discours à la nation du chef de l’Etat, jeudi. Son parti veut demander des comptes au président et souhaite notamment qu’il s’explique sur les 17 millions d’euros d’argent public utilisés pour financer sa résidence privée.

L’année dernière déjà, la question s’était soldée par des échauffourées au Parlement et l’évacuation de certains députés par la police anti-émeutes. Julius Malema a promis de réitérer.

Lors d’une intervention télévisée dimanche soir, le président Zuma a affirmé que le leader de l’EFF ne lui faisait pas peur : « Ce que nous allons faire, c’est que nous allons utiliser les règles du Parlement pour les obliger à se tenir. Parce qu’ils ne peuvent pas continuer comme ça. Ce n’est pas normal. Vraiment, ce genre de comportement n’est pas correct. »

En tout cas, l’opposition et notamment le principal parti, l’Alliance démocratique (AD), se sont désolidarisés de Julius Malema et de ses partisans. Il faut que le président Jacob Zuma s’explique sur un certain nombre de dossiers, mais le discours à la Nation n’est pas le moment opportun pour le faire, estiment-ils.