FDLR: le Rwanda accuse la Tanzanie et l’Afrique du Sud d’inaction

Des soldats de l'ONU inspectent des armes des FDLR dans un camp de désarmement.
© AFP PHOTO/JOSE CENDON

Le ministre rwandais de la Défense James Kabarebe s'en est pris à la Tanzanie et à l'Afrique du Sud, membres de la brigade d'intervention de la Monusco déployée en RDC. Il les accuse de ne pas être prêts à se battre contre les rebelles FDLR. Le 29 janvier, l'armée congolaise a annoncé une opération contre les rebelles hutus. La force onusienne n'était pas directement associée à l'initiative, mais devait la soutenir d'une manière opérationnelle, logistique et stratégique. Elle a toutefois suspendu temporairement son soutien à la suite du refus de Kinshasa de remplacer deux généraux présumés complices dans de graves violations des droits de l'homme.

« Les troupes tanzaniennes et sud-africaines ont attaqué le M23 avec une rage inimaginable (...) Mais elles n'attaqueront pas les FDLR », a martelé le ministre rwandais de la Défense. James Kabarebe a publiquement accusé la Tanzanie de collaborer avec les Forces démocratiques de libération du Rwanda. Pour rappel, un récent rapport du groupe d'experts de l'ONU fait état de voyages de responsables de cette rébellion hutu et de transferts d'argent depuis ou à destination de la Tanzanie.

Si sa principale cible n'a pas été Kinshasa, alors que sur le terrain, aucune action sérieuse n'a démarré, il s'en est pris aux Nations unies. Il a fait référence à la réunion de Sant'Egidio qui avait provoqué la fureur du Rwanda. Sur invitation de la communauté religieuse, une délégation de FDLR avait notamment rencontré le 26 juin le patron de la Monusco.

Le ministre a accusé la force de l'ONU d'avoir facilité le transport jusqu'à Rome du président par intérim des FDLR, Victor Byiringiro sous sanction. « Et maintenant, la Monusco prétend ne pas pouvoir soutenir les FARDC (Forces armées de RDC, NDLR) à combattre les FDLR ? C'est une contradiction », a-t-il déclaré. Victor Byiringiro ne s'est toutefois jamais rendu à destination, son interdiction de voyager n'ayant finalement pas été levée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.