RDC: la défense dénonce une grave ingérence dans l'affaire Muyambo

Le ministre congolais de la Justice Alexis Thambwe Mwamba est accusé d'ingérence par les avocats de Jean-Claude Muyambo, pour avoir commenté l'affaire sur l’antenne de RFI.
© AFP PHOTO BERTRAND GUAY

Il a été arrêté le 20 janvier chez lui vers 4 heures du matin. Jean-Claude Muyambo, le président de Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement, s'est vu accusé de « stellionat », une vieille affaire d’abus de confiance. Or la plainte avait été retirée en juin 2014. De ce fait Muyambo a sollicité une libération provisoire le 5 février, demande refusée par les juges. Hier vendredi, le tribunal de grande instance a rejeté l'appel interjeté par l'accusé.

Colère des avocats du prévenu contre le ministre de la Justice. L’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj) estime que l’intervention d’Alexis Thambwe Mwamba sur RFI, vendredi 13 février, a influencé la décision des juges. Maître Georges Kapiamba évoque l’article 151 de la Constitution qui interdit au gouvernement ou à ses membres de commenter une affaire en cours.

Le ministre de la Justice a affirmé que Jean-Claude Muyambo est poursuivi pour « stellionat », donc pour avoir vendu des immeubles qui ne lui appartenaient pas. Mais le prévenu et ses avocats réfutent ce grief.

Le plaignant, Emmanuel Alex Stoupis, a retiré sa plainte avec des excuses en juin 2014 par un courrier adressé à la justice et à toutes les autorités congolaises, y compris au chef de l’Etat, pointe la défense de Jean-Claude Muyambo, document à l’appui.


 ■ Détention prolongée pour Christopher Ngoyi

Le cas du militant des droits de l'homme, accusé d'incitation à la haine raciale et à la violence, a été examiné vendredi 13 février. La justice a décidé de prolonger sa détention de deux semaines. Son fils et avocat Patrick Ngoyi dénonce une détention illégale et dit craindre pour la santé de son père.

Patrick Ngoyi
14-02-2015 - Par Amélie Tulet

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.