Sénégal: une stratégie de victimisation pour la défense de Karim Wade

Karim Wade akiwasili mahakamani mjiniDakar, Julai 30 mwaka 2014.
© AFP/PHOTO / STRINGER

A Dakar, ce lundi 16 février s’est tenu le premier jour des plaidoiries dans le procès de Karim Wade. Tous les avocats de la défense boycottent ces plaidoiries parce qu'ils estiment que la Cour de répression de l’enrichissement n'a rien d'impartial. Seuls les avocats de l'un des coaccusés, Mbaye Ndiaye, ancien directeur général des aéroports du Sénégal, sont présents et comptent plaider.

Un silence coupable, une stratégie de l'évitement et de la victimisation. Tour à tour, les avocats de l'Etat du Sénégal dénoncent l'attitude des grands absents du jour : Karim Wade et les avocats de la défense.

Pour maître William Bourdon, avocat de la partie civile, « Karim Wade adopte le même système de défense que les plus grands escrocs de la planète : crachas sur la justice, multiplication des incidents de procédure, dénis de la réalité alors que les preuves sont là, comme le nez au milieu de la figure ou comme deux et deux font quatre... Tout ça, ce n’est qu’une espèce de gigantesque comédie, de théâtralisation d’une posture qui s’appelle la posture de la victimisation pour, une fois le verdict prononcé, se poser comme un martyr artificiellement, vis-à-vis de l’opinion publique sénégalaise et mondiale. Personne ne sera dupe à Dakar comme ailleurs ».

Pour maître Simon Ndiaye, Karim Wade s'est emmuré dans le silence parce qu'il a vu que les preuves étaient accablantes : « Aujourd’hui, nous avons démontré que Karim Wade était au cœur de tout ce qui se faisait. C’était lui le cerveau qui avait les informations privilégiées et précises, qui utilisait ses amis comme une toile d’araignée pour pouvoir envahir tous les secteurs de la vie économique du Sénégal. »

Avec tous ces milliards, combien d'écoles, de poste de santé… « Combien de puits aurions-nous pu construire », s'exclame maître Souleye Fall. Si les uns parlent d'un concert frauduleux, les autres d’une association de malfaiteurs, tous dénoncent un crime économique. Ce procès n'est que la partie visible de l'iceberg, déclare pour sa part maître Moussa Félix Sow. L'ancien bâtonnier demande au nom de l'Etat du Sénégal, 200 milliards de FCFA soit environ 300 millions d'euros, de dommages et intérêts.

Une juridiction partiale pour les avocats de Karim Wade

Il est de fait rarissime dans un procès que les avocats de la défense boycottent les plaidoiries. Ils ont pris cette décision après l'expulsion par le président de la Cour de l'un d'entre eux.  « Nous avons constaté que nous n’étions pas devant une juridiction impartiale, explique Maître Demba Ciré Bathily à notre correspondante à Dakar, Carine Frenk, que la messe est déjà dite et que l’on est dans le cadre d’une parodie de justice et nous refusons de nous associer à une parodie de justice. Nous ne pouvons pas plaider devant une juridiction qui n’a aucun respect pour les droits de la défense, qui va jusqu’à expulser un avocat en violation de toutes les règles et qui, tout le long du débat, a montré une sorte de parti pris entre les avocats de la défense, le parquet et les avocats de la partie civile. Nous avons tenu autant que nous le pouvons, mais il y a eu des excès. Lorsque vous jouez un match de football et que chaque fois que vous avez la balle, l’arbitre tire un coup franc contre vous, chaque fois que vous regardez votre adversaire, il siffle un pénalty, je crois que vous n’avez rien à faire dans ce match. »

Ce mardi, les plaidoiries vont se poursuivre. Ce sera ensuite au tour du réquisitoire de l'accusation. Il est possible que les coaccusés s'expriment aussi, en l'absence de leurs avocats. Puis l'affaire sera vraisemblablement mise en délibéré.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.