Republier
RDC

RDC: la société civile du Haut-Uele appelle à ne plus payer ses impôts

La province du Haut-Uelé, au nord-est du pays, doit son nom à la rivière Uelé qui la tarverse.
© http://fr.wikipedia.org/

En République démocratique du Congo, la société civile du Haut-Uele a appelé, depuis lundi, les opérateurs économiques et ceux qui sont assujettis à l'impôt à ne plus payer de taxes. En cause, des promesses non tenues de rénovation d'axes routiers qui permettrait de désenclaver tout ce district du nord du pays.

Pour l’Abbé Dieudonné Abakuba, le président de la société civile, ce ras-le-bol à l'approche des élections générales au Congo s’explique par de multiples raisons : « Nous sommes enclavés depuis des années. Nous avons adressé des mémos, nous avons fait des journées villes mortes, nous avons fait des sit-in, mais jusque-là, rien n’a été fait depuis 2006. Nous attendons la réfection de nos axes routiers, mais rien n’a été fait, nous pensons que nous sommes abandonnés à notre triste sort ».

Il appelle donc à cesser le paiement des impôts pour faire accélérer les choses avant les élections pou pourraient être impactées par cette colère des habitants : « Cet incivisme fiscal est une manière de faire entendre notre voix. Cette fois ici, si rien n’est fait, je crois que l’on aura plutôt un vote de sanction contre les autorités, on a toujours voté les autorités, mais la population ne se retrouve pas dans ses attentes. Et à quoi bon continuer à voter pour des gens qui ne répondent pas à vos attentes ».

Pour le gouverneur les taxes perçues sont réinvesties localement

La réponse du gouverneur de la Province orientale ne s’est pas fait attendre. Il appelle la société civile au dialogue et à faire preuve de patience. Le problème, selon Jean Bamanisa, c’est la non-rétrocession de la redevance minière par le gouvernement central au gouvernement de la province, qui, du coup, manque de moyens : « Sa demande est certainement légitime, puisqu’effectivement, il y a des problèmes de désenclavement de cette partie, mais le gouvernement provincial est en train de faire un effort pour mettre en œuvre certains travaux : donc on a déjà ouvert la route de Niania vers Isiro, mais nous attendons la rétrocession de la redevance minière qui est perçue par le gouvernement central ».

Le problème pour donc selon lui est réglé rapidement : « Dans les prochaines semaines, cette question pourrait être réglée afin de donner des moyens au gouvernement provincial. Et la société civile devrait plutôt nous aider au lieu de lancer un appel à l’incivisme fiscal parce que nous avons besoin de fonds. Ce que le gouvernement provincial est en train de récolter comme taxes locales, il le remet immédiatement dans les différents travaux ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.