«La Sape» congolaise à l’honneur à Paris au Palais de Tokyo

Yves Sambu, Empereur Kadithoza, 2013, impression jet d’encre.
© Courtesy Yves Sambu

Le temps d’une exposition, le Palais de Tokyo à Paris veut faire voler en éclats les frontières entre les territoires artistiques et les mondes parallèles. Une partie de « Bord des mondes » est consacrée à la Sape (Société des ambianceurs et personnes élégantes), mouvement né dans les années 1920 au Congo. Couleurs criardes, costumes de créateurs, les « sapeurs » prônent l'élégance en toutes circonstances. Mais la Sape n'est pas que du m'as-tu-vu. Une dizaine de disciples venus de Kinshasa et de Brazzaville l'ont prouvé. Ils ont défilé à l'ouverture de l'exposition.

Les cheveux en pétard, Sisloko, alias Capitaine, arbore un manteau fabriqué avec des nounours rouges, jaunes et verts. Il considère la Sape comme une vraie religion. « J’intercède pour les sapeurs, surtout pour ceux qui ne savent pas s’habiller. J’essaie à accorder et à chasser tout esprit qui anime les gens d’être mal vêtu. »

Une question de dignité

Cette religion, Fayçal la vit au quotidien. Pour cet électricien, c'est une question de dignité. « Moi, chaque fois quand je sors, je suis obligé d’être bien habillé. Chez moi, je peux rester tranquille, mais dès que j’affronte les regards des autres, je dois montrer que je suis fier de moi. » Les sapeurs sont aussi bien connus, et parfois critiqués, pour adorer les marques de luxe. Un temps révolu selon Yves Sambu, conseiller de l'exposition : « les sapeurs s’expriment autour des matières biodégradables. Par exemple, il y a un sapeur qui s’habille avec du papier. »

« La Sape est une religieuse »

Des sapeurs aujourd'hui écolos, cela n'étonne pas Rebecca Lamarche. La commissaire de l'exposition assure que la contestation est au cœur de ce mouvement. « La Sape est une religieuse qui veut aussi que le sapeur soit quelqu’un qui pense et qui est engagé. Donc c’est une forme de résistance politique par rapport à sa condition. »

Certains sapeurs vont jusqu’à critiquer publiquement les autorités de leur pays. Dans une vidéo diffusée sur Internet, Norbat de Paris dénonce la corruption au Congo-Brazzaville. Il n'a pas eu le droit d'y retourner pendant six mois. 

Ecouter le reportage sur l’expo « La Sape » au Palais de Tokyo
19-02-2015 - Par Fanny Laison

► La Sape, à découvrir dans l'exposition Bord des mondes, jusqu’au 17 mai au Palais de Tokyo, Paris.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.