Burkina Faso: manifestation de femmes contre le RSP

Au Burkina Faso, le collectif Tous unis pour une transition réussie demande la dissolution du régiment de sécurité présidentielle (photo d'archive)
© AFP PHOTO

Au Burkina Faso, les femmes ont marché ce samedi 21 février dans la ville de Bobo Dioulasso pour réclamer la réunification des forces armées nationales de leur pays. Elles rejettent également les récentes nominations à la tête du régiment de sécurité présidentielle (RSP), jugeant ces nouveaux chefs trop proches de l'ancien président Blaise Compaoré.

Elles sont sorties nombreuses pour demander la délocalisation et le changement de nom du régiment de sécurité présidentielle. Sur leurs tee-shirts et leurs banderoles, on pouvait lire : « Nous demandons une armée unique au service du peuple ». « Nous voulons une seule armée, une armée unique. Nous voulons que le RSP soit délocalisé. Nous avons demandé que la dénomination du nom RSP soit changée. Nous avons demandé que les armes de l’armée régulière, qui avaient été confisquées par Blaise Compaoré en 2011 et confiées au RSP, soient retirées », réclame Safiatou Lopez-Zongo, la présidente d’honneur du collectif Tous unis pour une transition réussie.

Ces femmes de la région des Hauts-Bassins dénoncent et rejettent les récentes nominations au sein du régiment de sécurité présidentielle, suite à la récente crise entre le Premier ministre burkinabè Isaac Zida et ses camarades d’armes. « Nous motivons le rejet de ces nominations au regard du fait que ce sont ces militaires qui ont accompagné et assisté Blaise Compaoré de Ouagadougou à Yamoussoukro et qui sont revenus imposer leurs nominations pendant que nous prônions le changement dans la façon de faire et d’être », clame une responsable de la coordination régionale du collectif.

Dans leur message adressé au gouverneur de la région, ces femmes demandent au chef d’état-major général des armées d’opérer des réformes courageuses et indispensables pour l’instauration d’une paix durable au Burkina Faso.