Comores: second tour des législatives, un scrutin décisif

Devant le bureau de vote de Mbeni, à 50 km de Moroni, au premier tour des élections législatives, le 25 janvier, le taux de participation national était de 71% contre 55% seulement dans la capitale.
© AFP PHOTO / IBRAHIM YOUSSOUF

Le second tour des élections législatives a lieu ce dimanche 22 février aux Comores. Des élections harmonisées, puisqu’au premier tour les Comoriens avaient élu leurs conseillers des îles, ils élisent ce dimanche les maires en plus des députés. Selon les observateurs indépendants, le premier tour de ces élections s’était déroulé dans le calme et la sérénité. La Céni a appelé les électeurs à ce mobiliser pour un scrutin incertain mais décisif.

La campagne de l’entre-deux tours s’est déroulée paisiblement. Même timidement, pourrait-on dire. Le parti Juwa (le Soleil) d’Ahmed Abdallah Sambi, l’ancien président des Comores, a totalisé le meilleur score au 1er tour. La confirmation de ce résultat serait une invitation pour le chef de l’Etat, Ikililou Dhoinine, à former un gouvernement avec son prédécesseur.

Un scrutin décisif donc puisque ce serait pour les Comores la première cohabitation de leur histoire. Une situation d’autant plus épineuse que le président Dhoinine a accédé aux plus hautes responsabilités grâce au soutien d’Ahmed Abdallah Sambi. La rupture entre les deux hommes est aujourd’hui consommée. Les principaux partis politiques - à l’exception du Parti pour l’Entente comorienne (PEC), allié de Juwa - ne cachent guère leur déception face au retour gagnant de l’ex-chef de l’Etat.

La consigne de vote des candidats éliminés au premier tour est claire : faire barrage à Juwa. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) n’a, quant à elle, pas cessé d’exhorter les électeurs à se mobiliser massivement pour ce second tour qui pourrait donc être historique.