Republier
Niger

Niger: les habitants d'Abadam traumatisés après le bombardement

Le village d'Abadam, à quelques kilomètres de Bosso, a été bombardé le 17 février par un avion non identifié.
© EC/ECHO/Anouk Delafortrie

Au Niger, à Abadam, petite localité à une dizaine de kilomètres de Bosso, à la frontière nigériane, les habitants vivent dans la peur depuis qu'une bombe est tombée sur la mosquée du village, mardi 17 février. La bombe larguée par un avion non identifié a tué 36 personnes dont le chef de village, plusieurs femmes et des enfants. Une enquête est ouverte pour savoir qui est à l'origine de ce qui ressemble à une bavure.

Quatre jours après, le traumatisme reste vif dans la localité d’Abadam. Plusieurs familles ont quitté les lieux en voiture. Mais ceux qui restent ont du mal à oublier les corps ensanglantés tués lors d'une cérémonie funéraire devant la mosquée en pleine après-midi.

Certains ne dorment pas et croient encore entendre des avions, raconte cet habitant : « Il y a des femmes qui nous disent que la nuit tombée, elles n’arrivent pas à dormir, explique-t-il. Des enfants aussi. Et il y a des gens qui nous disent qu’ils entendent des ronflements d’avion quand ils ferment les yeux. Donc ça travaille au niveau du cerveau… »

Des habitants traumatisés que rien ne peut rassurer pour l'instant. L'enquête pour eux est plus que nécessaire. C'est une obligation, comme le dit l’interlocuteur de RFI qui refuse qu'on parle d'erreur ou de bavure : « C’est un crime. Nous, nous n’avons jamais accepté que ce soit une erreur. Nous exigeons de la part de l’Etat nigérien qu’il puisse continuer à enquêter pour que la lumière soit faite. C’est une obligation. »

Pour l'heure, les autorités nigériennes ont choisi de ne pas tirer de conclusions. Elles s'en remettent au travail de la police scientifique et attendent notamment l'analyse des débris des bombes récupérés jeudi sur les lieux par des militaires.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.