Etienne Tshisekedi ne fait pas taire la contestation au sein de l’UDPS

Etienne Tshisekedi est réapparu en public samedi 21 février à Bruxelles, accompagné de son épouse, Maman Marthe (g).
© RFI / Sonia Rolley

La première réapparition publique de l’opposant historique congolais Etienne Tshisekedi, samedi 21 février à Bruxelles, n'a pas fait taire la contestation au sein de son parti, l’UDPS.

Dans l’entourage d’Etienne Tshisekedi, on espérait qu’un peu plus d'une heure de présence publique et quelques minutes de discours fassent taire toute rumeur et légitime les décisions prises ces derniers mois. Notamment celle d'exclure une série de personnalités qui reprochaient à la famille de l'opposant, sa femme Marthe et son fils Felix, de vouloir faire main basse sur le parti. « Vous avez bien vu que Felix n'est pas là », expliquait un proche avant l'arrivée d'Etienne Tshisekedi. Maman Marthe, elle, était en revanche bel et bien aux côtés de son mari, à la table d'honneur.

« Son soi-disant médecin qui s'est bombardé conseiller devrait avoir honte d'avoir imposé cette farce à Etienne Tshisekedi, au vu de son état de santé », estime un détracteur qui accuse le docteur Illunga d'avoir dopé pour l'occasion le président de l'UDPS. Dans l'entourage de l'opposant, on s'offusque. « Etienne Tshisekedi travaille tous les jours et suit l'actualité de près, il reste le président en exercice », explique-t-on. Pourra-t-il être candidat en 2016, lui qui semble avoir encore du mal à se concentrer ? « Il faut compter sur lui », poursuit ce proche du président de l'UDPS.

Avant même l'évacuation médicale du vieil opposant congolais, en août dernier, vers la Belgique, son état de santé faisait l'objet de bien des spéculations, sur son habilité à diriger le parti et sur le rôle de ses proches qui limitent l'accès au président de l'UDPS. Ce qui est sûr, c'est qu'il est impossible depuis plus d'un an pour la presse d'obtenir une interview ou même d'échanger directement avec le vieil opposant congolais, aujourd'hui âgé de 82 ans. Le sphinx de Limete mérite plus que jamais son nom.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.