Nigeria: l’armée tchadienne réplique à une attaque de Boko Haram

Des éléments de l'armée tchadienne dans les rues de Gambaru, au Nigeria, le 4 février 2015.
© REUTERS/Stringer

Au Tchad, l’armée tchadienne indique avoir été attaquée mardi sur ses positions par les islamistes de Boko Haram près de Gambaru en territoire nigérian. Une attaque qui a provoqué une contre-offensive dont le bilan est lourd si l’on en croit les militaires tchadiens.

Selon des sources militaires contactées sur la ligne de front, ce sont les islamistes qui ont attaqué en premier les positions de l’armée tchadienne, non loin de Gambaru, près de la frontière camerounaise. Les Tchadiens ont répliqué et ont poursuivi leurs assaillants jusque dans une localité située en pleine forêt et distante de Gambaru.

Les combats, très violents selon les sources de RFI, auraient duré plusieurs heures. Les premiers bilans donnent 207 islamistes tués, un soldat tchadien tué et neuf autres blessés.

L’armée tchadienne affirme aussi avoir détruit treize pick-up et des dizaines de motos qui ont servi à l’attaque. Toujours selon l’armée, une auto-mitrailleuse légère de marque française équipée d’un émetteur-récepteur et des mitraillettes ont été récupérées sur l’ennemi, ainsi que plusieurs kalachnikovs et des munitions.


Double attentat meurtrier à Kano et Potiskum

Au moins 27 personnes ont été tuées mardi dans deux attentats visant des gares routières bondées du nord-est du Nigeria, à cinq semaines à peine des élections générales du 28 mars.

A Kano, la plus grande ville du nord du pays, les attentats-suicide ont été perpétrés en pleine après-midi par deux hommes qui venaient de descendre d'un bus.

Quelques heures plus tôt; à Potiskum, la capitale économique de l'Etat de Yobe, un attentat avait visé un bus bondé dans une gare à la périphérie de la ville. 

 

A lire également sur France 24 :
Femme kamikaze au Nigeria, l’arme de guerre de Boko Haram