Nigeria: lourdes pertes pour Boko Haram face aux militaires tchadiens

Des éléments de l'armée tchadienne dans les rues de Gambaru, au Nigeria, le 4 février 2015.
© REUTERS/Stringer

Après des affrontements près de Gambaru, sur le territoire nigérian, ce mardi, les militaires tchadiens ont lancé une contre-offensive face aux éléments de Boko Haram. Les combats ont été très violents et le bilan, côté jihadiste, est très lourd, avec plus de 200 victimes, selon les militaires tchadiens.

Contrairement à ce qui avait d’abord été annoncé, l’armée tchadienne n’a pas été attaquée à Gambaru, mais à quelques kilomètres de cette ville frontalière du Nigeria. Selon des sources militaires, le contingent tchadien avait été prévenu de l’imminence d’une attaque des éléments de Boko Haram. « Nous avons anticipé et nous sommes allés à leur rencontre, ce qui a donné l’avantage de la surprise », explique ainsi un officier.

La colonne de Boko Haram qui était venue pour les attaquer a alors rebroussé chemin et une course poursuite s’est engagée sur une vingtaine de kilomètres, ainsi que dans le village suivant, où le poste de commandement des islamistes a été détruit.

Les militaires tchadiens déplorent un mort et neuf blessés, dont sept des suites d’un accident de véhicules survenu pendant la poursuite. Côté jihadiste, le bilan provisoire de 207 morts devrait s’alourdir si l’on en croit l’état-major général de l’armée tchadienne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.