Mali : un ultime texte d’accord de paix rédigé à Alger

Un tonneau peint aux couleurs du MNLA à la frontière du Mali et du Niger.
© RFI/Moussa Kaka

A Alger, on entre dans la dernière ligne droite pour la recherche d'un accord de paix au Mali. La médiation algérienne a rédigé un dernier et ultime texte d'accord de paix. Les deux parties - groupes armés du Nord et autorités de Bamako - remettront leurs observations au médiateur ce vendredi 27 février. Alger souhaite pouvoir boucler, dès ce week-end, ces négociations qui durent depuis juillet dernier.

A Alger, tout le monde avoue qu’il est temps que ces négociations s'achèvent. Cela fait plus de sept mois que les délégations du gouvernement de Bamako et celles des groupes armés réclamant l'autonomie de l'Azawad ou bien revendiquant l'unité territoriale travaillent à la recherche d'un accord de paix.

L'Algérie - qui a succédé au Burkina Faso à la tête de la médiation - a tout fait pour rédiger un texte a minima qui puisse convenir à tout le monde à condition que chacun accepte de faire des concessions. De l'avis de certains participants et observateurs sur place, cette dernière mouture propose d'indéniables avancées, jugées pourtant insuffisantes par certains et excessives par d'autres.

L'Azawad une rélaité humaine et socio-culturelle

Le texte ne parle ni de statut d'autonomie ni de fédéralisme, mais reconnaît pour la première fois l'appellation « Azawad » comme étant « une réalité humaine, socio-culturelle mémorielle et symbolique partagée par différentes populations du Nord », dit le texte. Les groupes armés autonomistes de la Coordination des mouvements de l'Azawad s'en rejouissent beaucoup moins la délégation de Bamako et la plateforme des mouvements. La dimension politique est, elle, renvoyée à plus tard.

Abdouzeidi Ousmane Maïga est le président de l'association des chefs traditionnels du cercle de Gao. Il plaide pour un accord de paix rapide pour permettre le retour de la paix. Pour lui, l'autonomie du Nord ne serait pas une bonne solution : « Le statut particulier est déjà contenu dans la décentralisation poussée et aucune forme d’autonomie ne peut être envisagée au Nord. Aucune sorte également de fédéralisme ne peut être envisagé au Nord parce qu’on se connaît, on est dans ces territoires depuis des siècles et des siècles. Nos parents ont vécu ensemble et maintenant nous avons besoin d’être plus unis pour nous développer. Qu’ils écoutent la raison. Nous pensons que c’est le dernier round et qu’ils vont s’entendre et signer pour qu’on ait la paix, le bien-être et qu’on se développe. »

Si à Gao beaucoup estiment que l'unité territoriale du mali n'est pas négociable, à Kidal au contraire on n'imagine guère la paix sans la reconnaissance de l'autonomie de l'Azawad. « Il faut un accord. Nous en avons marre. On a besoin de vivre. Il n’y a même pas d’école ici. Il n’y a même pas de centre de santé. Il n’y a pas d’eau potable partout, tellement ça ne va pas. Le minimum qu’il nous faut, c’est une large autonomie, sinon une fédération. C’est une nécessité. Et je pense que la médiation doit comprendre cela. Je lance cet appel à la médiation », explique cet habitant de Kidal. Et de rajouter : « Nous nous avons besoin d’être unis, nous avons besoin d’être ensemble pour construire un Azawad qui pourra bien se développer. On va se développer, on va se gérer, on va s’occuper de nos affaires. L’Azawad a besoin aujourd’hui de tous ses fils, qu’ils soient Touaregs, qu’ils soient Arabes, qu’ils soient Sangos, qu’ils soient Peuls ou même qu’ils soient Bozo… Nous avons toujours vécu en symbiose sur ces territoires depuis bien des siècles. »

Trois jours pour convaincre l'ensemble des belligérants

Ainsi, l'Etat du Mali est un et indivisible, mais les collectivités territoriales ont plus de pouvoirs. En revanche, l'armée reste le domaine de l'Etat malien à une exception près, à savoir la création d'une police locale sous l'autorité des régions. Le redéploiement de l'armée est préconisé sur l'ensemble du territoire dans les plus brefs délais.

Finalement les points de divergences demeurent entre les deux camps qui ont également des comptes à rendre à leur opinion publique. A Bamako, certains souhaiteraient voir le projet d'accord validé par référendum avant d'être signé par les belligérants. Quoi qu'il en soit, « il n’est pas question d’amender une nouvelle fois le texte. Les modifications porteront sur des virgules », a fait savoir la médiation algérienne. Dans ces conditions, les parties vont-elles ou non parapher le texte pour le signer ensuite à Bamako ? Alger se donne trois jours pour convaincre, un à un, chaque participant.