Karegeya: le procureur met la police sud-africaine sous pression

C’est dans cet hôtel ultra-sécurisé de Johannesburg que Patrick Karegeya a été assassiné.
© AFP PHOTO/ALEXANDER JOE

En Afrique du Sud, le procureur a donné deux semaines aux Hawks, l'unité d'élite de la police, pour compléter son enquête sur la mort de l'ancien chef des renseignements du Rwanda, Patrick Karegeya. Plus de quatorze mois après cet assassinat, la révélation de la tentative par un policier corrompu de falsifier des preuves a excédé la famille de l'opposant rwandais qui réclame justice.

Le procureur désigné pour suivre ce dossier n'est pas un inconnu. Shaun Abrahams connaît bien la question des attaques contre les opposants rwandais en exil en Afrique du Sud. Il avait représenté l'accusation dans le procès de la tentative d'assassinat en 2010 contre l'un des collègues de Patrick Karegeya, le général Kayumba Nyamwasa.

L'an dernier, la justice sud-africaine avait rendu un verdict en demi-teinte pour le procureur. Elle avait libéré le présumé cerveau du complot tout en reconnaissant, c'est ce qu'avait plaidé Shaun Abrahams, que cette tentative d'assassinat avait une motivation politique et émanait d'un certain groupe de personnes du Rwanda.

Dans l'affaire Patrick Karegeya, selon plusieurs sources, le procureur n'est pas satisfait de la manière dont l'enquête a été menée, furieux même et notamment que les Hawks n'aient pas démasqué plus tôt le policier-expert sur les empreintes digitales qui proposait de faire disparaître des preuves contre rémunération.

S'agit-il d'un manque de sérieux de l'unité d'élite de la police sud-africaine ? Une source policière rappelle que les Hawks avaient remis ce dossier au parquet depuis plus de huit mois et attendaient depuis son retour. Le procureur aurait donc pris son temps. Malgré l'affaire des empreintes digitales, les Hawks de leur côté assurent que leur dossier reste solide et que les preuves qui n'avaient pas été transmises par le policier corrompu ne viendront que le renforcer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.