Un scandale de corruption touche le fils du président congolais

Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou-Nguesso, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 26 septembre 2014.
© REUTERS/Mike Segar

Le fils du chef de l’Etat congolais est épinglé par une ONG suisse de lutte contre la corruption. Selon cette organisation, Denis-Christel Sassou-Nguesso puiserait dans les revenus pétroliers du Congo, via une société basée à Genève.

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

C’est l’ONG La Déclaration de Berne qui soulève le lièvre. A l’appui de certains documents transmis par un lanceur d’alerte, elle met en cause Denis-Christel Sassou-Nguesso. Le fils du président du Congo-Brazzaville aurait détourné des millions de dollars tirés des exportations de pétrole.

Une société implantée à Genève, la compagnie Philia - qui a pignon sur rue -, encaisserait de fortes commissions sur les transactions d’or noir. Cette structure permettrait au fils du président d’empocher une part importante des recettes revenant normalement au pays. Le bureau genevois servirait de simple intermédiaire entre l’Etat congolais et les grands opérateurs pétroliers. Un intermédiaire grassement payé.

Le dossier du détournement fait l’objet d’une large publicité en Suisse. La presse y consacre de nombreux articles. Quant aux avocats de la société Philia, ils se bornent à dénoncer des erreurs factuelles.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.