Niger: Boko Haram attaque des villages sur des îles du lac Tchad

Le lac Tchad est bordé par quatre pays : le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.
© RFI/Sayouba Traoré

Le Niger a subi une nouvelle attaque de Boko Haram, dimanche soir. Cette fois, la secte islamiste s'en est pris à des villages insulaires sur le lac Tchad. Le bilan est encore provisoire, mais selon des témoignages d'habitants sur place, au moins 19 personnes auraient péri.

Il était environ 20 h dimanche soir, juste après la prière du soir, racontent des habitants. Les assaillants sont arrivés par pirogues motorisées, ont tiré des coups de feu et lancé des explosifs dans les maisons. Sur l'île de Kui Keleha, deux personnes ont été tuées à bout portant, d'autres ont été brûlées dans leurs maisons et d'autres encore ont péri noyées comme le confirme le député de Bosso, El Adj Aboubacar : « Ils ont brûlé au moins neuf personnes sur place et une pirogue avec des femmes et des enfants qui tentaient de fuir s’est noyée dans l’eau. Au moins huit personnes sont mortes. »

Au moins 19 personnes sont mortes après l'assaut donné sur Kui Keleha et Toumbu Buka, des îles sur le lac Tchad frontalières avec le Nigeria. Une zone difficile à sécurisée. « Comme la plupart des gens de Boko Haram sont des autochtones du lac, explique El Adj Aboubacar, même dans la nuit ils peuvent prendre leur pirogue, venir tranquillement faire leurs dégâts et repartir. Tous ces villages sont sur la frontière. »

Tout près de là, la localité de Bosso, est devenue une ville fantôme depuis l'attaque de Boko Haram le 6 février dernier.

 → A (RE)CONSULTER : notre webdoc «Sur les traces de Boko Haram», le Niger à l'heure du face-à-face