Manifestants tués à Gao: une «bavure» de la Minusma

En janvier 2015, trois manifestants avaient été tués par balle au cours d'une marche de protestation contre la mission de l’ONU au Mali.
© Pierre René-Worms/RFI

Au Mali, fin janvier, des milliers de civils mécontents avaient marché en direction de la représentation de l'ONU à Gao dans le nord du pays. Trois manifestants avaient été tués par balle. Le séjour d'une mission d'enquête de l’ONU sur place permet aujourd’hui d’en savoir plus sur ces décès.

Selon un responsable de la police de la mission de l’ONU au Mali, les évènements survenus fin janvier à Gao peuvent être qualifiés de « bavure ». En clair, ce sont des soldats de l’ONU qui ont fait usage de leurs armes face à des milliers de personnes en colère qui avançaient vers la représentation onusienne, dans la principale ville du nord du Mali.

Au cours de ces évènements, trois civils ont été tués par balle et d’autres manifestants ont été blessés. De source proche de l’enquête, des casques bleus ont paniqué un moment devant la foule. Des coups de feu sont alors vite partis.

Depuis ces faits tragiques, au moins deux soldats de l’ONU ont été suspendus de leurs fonctions. La mission d’enquête, qui a déjà quitté le territoire malien, s’est engagée à publier sans rétention les détails de ses investigations.

En attendant, afin d’améliorer son image, depuis quelques semaines, sur le terrain, la Minusma va de plus en plus vers les populations civiles pour expliquer son véritable rôle.