Rwanda: nouvelle arrestation du capitaine à la retraite David Kabuye

Interrogée par RFI, Rose Kabuye, la femme de David Kabuye a refusé de s'exprimer sur l'arrestation de son mari.
© (Photo : Reuters)

Le capitaine à la retraite David Kabuye, qui venait de purger une peine de 6 mois pour détention illégale d'arme à feu, vient d'être une nouvelle fois arrêté, cette fois-ci pour « incitation au soulèvement », a confirmé la police rwandaise, ce vendredi 6 mars dans la soirée. Interrogée la veille sur RFI, sa femme, l'ancien chef du protocole de Paul Kagame, Rose Kabuye, avait refusé de s'exprimer.

Selon la police qui n'a pas donné plus de détails sur cette arrestation, David Kabuye est détenu depuis mercredi soir. Il est sous le coup d'une enquête pour incitation au soulèvement ou à des troubles au sein de la population et diffamation publique.

Le capitaine à la retraite Kabuye est le mari de Rose Kabuye, l'ancien chef du protocole de la présidence rwandaise, elle-même semble-t-il tombée en disgrâce. Elle avait été traitée de « louve » lors d'une réunion du Front patriotique rwandais (FPR) l'été dernier. Et, interrogée ce jeudi 5 mars par RFI au téléphone, elle avait refusé de confirmer l'arrestation de son mari. « Je ne parle pas aux journalistes », avait-elle lâché avant de raccrocher.

Justice militaire

David Kabuye avait déjà été arrêté une première fois en août, en même temps que le colonel Tom Byabagamba, l'ancien chef de la garde présidentielle et le général en retraite Frank Rusagara. Ces derniers font depuis face à la justice militaire pour des charges similaires. Reste que ces arrestations coup sur coup avaient soulevé alors de nombreuses hypothèses : fébrilité du régime, complot déjoué ou remise au pas de fortes têtes ?

M. Kabuye n'avait pas subi le même sort que les autres. Il avait été jugé par la justice civile pour détention illégale d'arme à feu et condamné à une peine de 6 mois de prison. Cette nouvelle arrestation a-t-elle un lien avec l'affaire Byabagamaba-Rusagara ?

 → À (RE)LIRE : Arrestations de deux ex-officiers rwandais: l'armée s'explique