Burundi: la présidence s’explique sur les déclarations de l’Eglise

Pierre Nkurunziza, président du Burundi.
© Reuters / Alessandro Di Meo

La présidence est sortie de son silence, à quatre mois de l’élection présidentielle, en réagissant à la déclaration de la conférence des évêques de l’Eglise catholique, ce week-end. Sans prononcer le nom du président Nkurunziza, les évêques ont appelé au respect de la limitation du nombre de mandats, un non implicite à un troisième mandat. Une prise de position forte dans un pays très religieux. Or, pour la présidence du Burundi, la déclaration des évêques a été mal comprise

En effet, le conseiller du président Nkurunziza dit même saluer la déclaration des évêques qui, pour lui, ne s'oppose en rien à un troisième mandat pour le président Pierre Nkurunziza.

Pourtant, dans cette déclaration, les évêques affirment que « la parole - claire et sans équivoque - que les Burundais se sont donnés et qu'ils se sont engagés à respecter est que celui qui est élu comme président ne peut pas dépasser deux mandats de cinq ans, chacun. »

Pour le conseiller du président Nkurunziza, ce qu'il faut comprendre c'est que la Constitution parle de deux mandats, certes, mais au suffrage universel direct. Or, le chef de l'Etat burundais a été élu en 2005 au suffrage indirect et en 2010 au suffrage direct. Par conséquent, « il pourrait se présenter une nouvelle fois pour un deuxième mandat au suffrage universel direct, si le parti au pouvoir l'investit candidat », explique le conseiller du président burundais, Willy Nyamitwe.

Et les évêques de l'Eglise catholique ne diraient pas autre chose, assure Willy Nyamitwe ou du moins, il y aurait « ambiguité » dans cette déclaration de l'Eglise catholique.

Les évêques demandent à ce que la Constitution soit interprétée, selon l'esprit des accords d'Arusha qui, comme le soulignent les opposants à un troisième mandat, limitent  le nombre de mandats présidentiels à deux, sans préciser le mode de scrutin. Eh bien l’esprit des accords d'Arusha, ce serait, selon le conseiller du président Nkurunziza, l'attachement de tous les Burundais à la démocratie et donc au suffrage universel direct.

La Constitution de la République du Burundi n’empêche pas l’actuel président, qui est en fin de son premier mandat élu au suffrage universel direct, de se présenter.

Willy Nyamitwe
09-03-2015 - Par Sonia Rolley

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.