Republier
Mali Terrorisme

Mali : hommage rendu au jeune sergent tué dans l’attentat

Restaurant « la Terrasse » à Bamako au Mali, état des lieux filmé, le 8 mars 2015.
© RFI/Marie-Pierre Olphand

Emotion ce mardi matin à l’aéroport de Roissy, en France, où le corps de Fabien Guyomard est arrivé. Fabien Guyomard, jeune français âgé de 27 ans, vivait depuis plusieurs années au Mali et a été abattu, vendredi, dans l'attentat contre le bar « La terrasse » dans la capitale malienne. Et au Mali, c'est au sergent Cheick Oumar Dembélé, tué dans la même attaque, qu'on a rendu hommage, également ce mardi. Une cérémonie a eu lieu à l'Ecole nationale de Police de Bamako.

Sous un soleil de plomb un peu après 16h00, le cercueil du jeune sergent de 27 ans recouvert du drapeau malien a été présenté à ses camarades policiers, à sa famille, aux amis et aux officiels présents. Parmi eux, le secrétaire général du ministère de la Sécurité et le directeur général de la Police.

La photo de Cheick Oumar Dembélé a ensuite été déposée sur une chaise en métal devant sa dépouille mortelle. Puis, le commissaire du troisième arrondissement où le jeune policier travaillait a prononcé l’oraison funèbre et rendu hommage à la courte carrière du sergent.

« C’était son premier poste et son dernier… il a été assassiné lâchement par des apatrides et des terroristes, ou que sais-je encore », a déclaré son supérieur qui s’est ensuite adressé au défunt avec une promesse.

« Ta disparition demeurera un stimulant dans la lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes », a promis le commissaire.

L’assistance s’est ensuite retrouvée autour du cercueil pour une prière aux morts, avant de se diriger en cortège vers le cimetière. En pleurs, certains de ses promotionnaires avaient du mal à cacher leur peine face à cette disparition. Les plus stoïques affichaient haut et fort leur détermination à arrêter les auteurs de l’attaque.

« Nous ne dormirons pas tant qu’ils seront en fuite », à promis l’un d’eux.

L'enquête se poursuit. Les policiers français se sont encore rendus, ce mardi, sur les lieux de l'attaque. Une reconstitution des faits est également prévue dans les prochains jours.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.