L’ONU en Centrafrique pour évaluer la situation sécuritaire

Des soldats de l'ex-Seleka dans un pick-up, au nord de Bangui, en janvier 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

Une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU est arrivée mardi 10 mars au soir en Centrafrique, première étape d'une tournée qui doit la conduire ensuite à Addis-Abeba et au Burundi. En RCA, les ambassadeurs doivent se rendre en province pour une évaluation de la situation sécuritaire et politique.

Evaluer et encourager sont les mots d’ordre de la visite exceptionnelle des membres du Conseil de sécurité des Nations unies, comme l’a expliqué l’ambassadeur français à l’ONU François Delattre. La France préside le Conseil en ce mois de mars, c’est donc M. Delattre qui emmène ses collègues sur le terrain. Mais cette visite est coprésidée par l’ambassadeur angolais dont le pays est également très impliqué dans la résolution de la crise centrafricaine.

L’enjeu est donc d’évaluer l’amélioration de la situation sécuritaire sur le terrain, six mois après le lancement de la mission onusienne, et le processus de transition à quelques semaines du forum national de Bangui. Les autorités de transition ont besoin d’être encouragées dans le difficile chemin vers les élections prévues théoriquement cet été 2015.

Programme chargé pour les ambassadeurs. Des rencontres étaient prévues, ce mercredi 11 mars, avec les autorités de transition, la société civile, l’autorité nationale des élections et les forces internationales. Et également un déplacement en province à Bria, théâtre récemment d’affrontements entre les forces internationales et l’ex-Seleka pour la reprise des bâtiments publics.