Nigeria: contre-offensive sur Damasak, Boko Haram en fuite

Soldats tchadiens déployés dans le cadre de la force militaire mixte contre Boko Haram, au Nigeria, en février 2015.
© REUTERS/Emmanuel Braun

Boko Haram vient de perdre à nouveau une ville frontalière du Nigeria. La localité de Damasak, à une trentaine de kilomètres de la frontière du Niger, a été reprise par les forces nigéro-tchadiennes des mains du groupe armé. Devant la violence de la contre-attaque des armées tchadiennes et nigériennes, les éléments de Boko Haram ont fui, abandonnant une importante quantité d’armes.

L’assaut de la ville Damasak, la plus importante ville nigériane à la frontière de Diffa, a duré presque sept heures. Les quelque 2 000 soldats tchadiens et nigériens à bord de 200 véhicules ont réussi à chasser les éléments de Boko Haram qui, dans leur fuite, ont abandonné une importante quantité de matériel militaire.

Selon des informations en provenance de Damasak, les combats ont été violents. L’intensité des pilonnages et les bombardements des avions n’a laissé aucun répit à l’ennemi, qui a dû battre en retraite. Pris entre les feux des deux belligérants, les 15 000 habitants de Damasak ont presque tous fui. Seules quelques vieilles personnes étaient visibles dans les rues désertes de la ville.

Damasak est la deuxième grande ville nigériane proche de Diffa à être libérée après Doutchi. Désormais, dit-on, plus aucun obus ne sera lancé de ces deux positions occupées, il y a quelques jours encore, par Boko Haram. La force multinationale nigéro-tchadienne passera sa première nuit à Damasak en attendant l’arrivée dans quelques jours des soldats nigérians basés à 115 km à l’ouest.