Republier
RCA

[Reportage] RCA: lutte contre la délinquance à Bangui

Des soldats français dans le quartier de Boy-Rab, à Bangui, le 17 décembre 2013.
© REUTERS/Alain Amontchi

Dans la capitale de Centrafrique, la prolifération des armes lors de la crise a notamment pour conséquence une délinquance endémique. Les braquages, en particulier de véhicules, sont quotidiens. Pour lutter contre ce fléau, les policiers de l'ONU et les forces de sécurité intérieures centrafricaines multiplient les actions communes. Actions ciblées de temps en temps pour arrêter des braqueurs ou saisir des armes, mais le plus souvent il s'agit de checkpoints pour mettre la main sur les véhicules volés.

« Il faut toujours sortir avec vos documents », commence par expliquer un agent des forces de l’ordre. Il effectue un contrôle des véhicules dans le 4e arrondissement de Bangui. Toute voiture ou moto donc le conducteur n’a pas les papiers est supposée volée et sera saisie jusqu’à présentation des documents.

Le lieutenant-colonel Valentin Kikobe Pataki du centre opérationnel commun de Bangui, supervise ce checkpoint du quartier de Boy-Rab : « Le quartier de Boy-Rab, c’est ce quartier qui regorge de bandits, de criminels, de tous ceux qui braquent les véhicules dans la ville. Ces véhicules braqués prennent la direction de Boy-Rab, c’est pour cela qu’on a érigé ce service-là, pour essayer de bloquer les gens qui veulent après leur forfait, s’exfiltrer vers Boy-Rab. »

Ce genre d’opérations a lieu presque chaque jour, surtout dans les quartiers du nord de Bangui. L’objectif pour les policiers et gendarmes internationaux et centrafricains, c’est aussi et surtout de se montrer pour dissuader les braqueurs de motos ou de voitures et rassurer la population.

Reportage à Boy-Rab
17-03-2015 - Par Pierre Pinto

Cela ne suffit pas pour Jean-Michel, un habitant du quartier : « Il faudrait absolument qu’il y ait des contrôles dans tous les quartiers, il ne faut pas que ce soit exclusivement à Boy-Rab. Même dans les arrondissements où il n’y a pas de problème, il faudrait qu’il y ait des contrôles parce que les gens quittent les quartiers pour faire des exactions. »

Après quelques heures de contrôle ce matin-là, les gendarmes embarqueront une dizaine de motos, mais personne ne repartira menottes aux poignées.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.