Le tourisme, cible principale de l'attentat de Tunis

Des touristes qui ont survécu à l'attaque des terroristes sont apperçus dans un bus de voyage, à la sortie du musée du Prado, le 18 mars 2015.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

Le musée du Bardo est le plus visité de la capitale. Près d'un million de personnes s'y rendent chaque année. Cette attaque porte un coup très dur au tourisme tunisien, déjà en berne depuis la révolution de 2011, alors qu'il constitue le poumon économique du pays.

Le tourisme représente la première source de revenus de la Tunisie. L'année dernière le secteur a rapporté environ 375 millions d'euros. Le tourisme représente 7% du produit intérieur brut du pays et emploie plus de 400 000 personnes. Et le musée du Bardo, cible de l'attentat de mercredi, fait partie des sites incontournables dans les circuits touristiques en Tunisie. Sa surface d'exposition a été récemment doublée pour faire face à l'afflux de touristes.

Ce secteur d'activité est donc crucial pour l'ensemble de l'économie tunisienne, même s'il bat de l'aile depuis la révolution de 2011. La situation politique a repoussé les touristes européens qui ont trouvé refuge sur les îles Canaries espagnoles, dans les Balkans ou sur les côtes européennes. Le nombre de touristes français par exemple, premier contingent de visiteurs en Tunisie, a été divisé par deux, depuis 2010.

Un secteur qui a repris des couleurs

Réécoutez notre édition spéciale de ce jeudi 19 mars 2015 (8h-9h heure de Paris)
19-03-2015 - Par RFI

Malgré cela, le secteur a repris des couleurs l'année dernière. La Tunisie a accueilli 6 millions de visiteurs, soit seulement un million de moins qu'en 2010, année record pour le pays. Les touristes britanniques et allemands ont notamment regagné les plages tunisiennes.

Les professionnels misaient sur un retour à la normale pour cette année mais l'attaque du musée Bardo va sans doute doucher ces espoirs.

 → À (RE)LIRE : Tunisie: opération séduction de la ministre du Tourisme en France

Sandrine est une habituée de la Tunisie. Cela fait dix ans, qu'elle se rend presque tous les étés à Djerba. L'attaque du musée du Bardo l'a choquée, mais elle n'a pas l'intention de se laisser intimider.

Reportage à l'ouverture du Salon international du tourisme à Paris
19-03-2015 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.