Tunisie: l’armée démunie face à la menace terroriste

Un soldat tunisien dans la région du mont Chaambi où des dizaines de militaires ont perdu la vie depuis 2013.
© AFP PHOTO/ABDERRAZEK KHLIFI

La Tunisie est sous le choc après l'attaque du musée du Bardo qui a fait mercredi 19 morts dont 17 touristes. C'est la première fois qu’elle est touchée en plein de cœur de la capitale avec cette violence. Au pays du Jasmin, l'appareil sécuritaire ne parvient pas à enrayer la menace terroriste.

Le pays est depuis plusieurs années engagé dans une lutte contre des mouvements jihadistes, particulièrement dans le centre-est du pays dans la région du Mont Chaambi, à la frontière algérienne, où des dizaines de militaires tunisiens ont trouvé la mort depuis 2013. L'effondrement de la Libye du colonel Kadhafi en 2011 a par ailleurs facilité la circulation de nombreuses armes et explosifs sur son territoire.

Pour lutter contre le terrorisme, l'armée tunisienne a besoin de moyens. Car du temps du président Zine el-Abidine Ben Ali, les services de renseignement du pays étaient avant tout tournés vers la sécurité intérieure.

Depuis 2011, la Tunisie a commencé à réformer son appareil sécuritaire. Sans retomber dans les dérives du système Ben Ali, en réformant la loi anti-terroriste de 2003, l'Etat tunisien devra disposer d'une palette suffisamment large de moyens permettant de renforcer ses contrôles aux frontières, d'identifier les réseaux terroristes et de combattre les mouvements armés sur le terrain.

Cela passera par d'avantage de coopération au niveau du renseignement, mais aussi par un effort en matière d'équipement et d'entraînement. Car l'armée tunisienne ne compterait pas plus de 30 000 hommes et est encore basée sur l'ancien système de la conscription.

Discrètement, depuis trois ans, elle s'est pourtant dotée de nouveaux équipements, comme des drones tactiques, des blindés mieux protégés, deux avions de transports et des hélicoptères. Ceci avec le soutien actif des Etats-Unis.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.