Republier
Tunisie EI

Tunisie: le rappeur Emino rejoint l’EI, un choc pour ses proches

Emino (à droite), avec les autres rappeurs tunisiens Spoiled boy, Madou MC et Weld El 15 (de gauche à droite), au tribunal de Ben Arous, dans la banlieue de Tunis, le 13 juin 2013.
© AFP PHOTO / FETHI BELAID

Il était l’un des rappeurs les plus connus de Tunisie, pour ses paroles sur les filles, la drogue ou la police. Emino n’avait jamais affiché le profil d’un islamiste radical, au contraire. Et pourtant, depuis un an, il avait arrêté le rap, changé de tenue et le 18 mars, sur Facebook, il a annoncé avoir rallié l’organisation Etat islamique et prêté allégeance à son chef Abou Bakr al-Baghdadi.

Pour les proches de Marwan Douiri, alias Emino, c’est l’incompréhension qui domine. « Il chantait la vie, il chantait des chansons engagées contre la police, il parlait de la drogue, il parlait des jolies filles, de la répression que subissait la jeunesse de notre pays », raconte l'avocat du rappeur, Me Ghazi Mrabet, qui l’a défendu alors qu’il était poursuivi par la justice tunisienne pour sa consommation de drogue ou ses paroles contre la police.

Il affirme avoir vu son client changer après une condamnation à deux ans de prison en 2013. Pour lui, cette répression en Tunisie contre les jeunes, peut être en partie à l’origine de sa radicalisation. « Il en [avait] marre de la répression anti-jeunes. Plusieurs procès [ont été] intentés aux rappeurs, aux jeunes, aux artistes, ces trois dernières années. Il était parmi ceux qui étaient condamnés, et pour moi, c'est la principale raison. »

Interrogé par notre envoyé spécial en Tunisie, David Thomson, Me Ghazi Mrabet rappelle qu'Emino vient d'un milieu « plutôt aisé, de la classe moyenne tunisienne. Il est d'un certain niveau intellectuel, ses parents aussi, sa mère travaille au ministère de la Justice. » Il ajoute que « devenir jihadiste est quelque chose qui fait mal au coeur et [que] c'est contraire aux principes de la Tunisie qui essaie de bouger vers une démocratie. Je pense que les enfants du quartier peuvent être à l'origine de cela, les mosquées prêchent souvent la haine, et aussi les réseaux sociaux. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.