Jihadisme en Tunisie: Ennahda et Essebsi se renvoient la balle

Beji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi se renvoient la responsabilité de la montée du jihadisme en Tunisie.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

L'attentat du Bardo de mercredi dernier a fait 21 morts. Le chef de l'Etat, Beji Caïd Essebsi a évoqué au cours d'interviews à la presse française la responsabilité du parti islamiste Ennahda dans la montée du jihadisme dans le pays. Des accusations qui ont  également été formulées ces derniers jours dans les rues de Tunis par des citoyens venus manifester contre le terrorisme et rendre hommage aux victimes du Bardo. Ennahda se défend et refuse d’être associé aux actions terroristes.

« Le terrorisme n'a pas de tradition en Tunisie », déclarait dimanche sur l'antenne d'Europe 1, Beji Caïd Essebsi assurant que la montée du jihadisme dans le pays « remonte aux trois dernières années ». Un peu plus tôt, le président tunisien dénonçait dans une interview à Paris Match « un vrai laxisme des autorités ces dernières années, notamment sous le gouvernement des islamistes ». Un gouvernement qui a été au pouvoir entre octobre 2011 et janvier 2014.

« C'est de la récupération politicienne », réagit la députée Ennahda Nahdhaouie Sayida Ounissi. Elle pointe du doigt la loi d'amnistie adoptée début 2011 et la libération de prisonniers politiques dès son entrée en vigueur alors que Beji Caïd Essebsi était Premier ministre. Elle assure « qu'elle aurait dû être appliquée avec plus de précautions, car des personnes qui peuvent représenter un danger ont été libérées. »

« C'est injuste, il y avait déjà des actions terroristes avant la révolution » comme l'attentat contre la synagogue de Djerba qui a fait 19 morts en 2002 rappelle de son côté Larbi Gasmi, cadre d'Ennahda. Celui-ci regrette que « Beji Caïd Essebsi [aille] dans le sens de la division alors que le pays a besoin d'unité nationale pour combattre le terrorisme. »

Le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi a affirmé que les auteurs de l'attentat n'avaient aucun lien avec l'islam. Le parti islamiste a par ailleurs fermement condamné l'attaque du Bardo et appelé à la tenue d'une conférence nationale pour mettre en place une stratégie d’antiterrorisme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.