Republier
Nigeria

Nigeria: le président sortant vante ses victoires contre Boko Haram

Goodluck Jonathan candidat à sa succession met en avant son bilan face à Boko Haram.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Au Nigeria, l'élection présidentielle se déroule samedi 28 mars. Le scrutin qui s’annonce comme le plus serré de l’histoire du pays depuis le retour de la démocratie en 1999 était initialement prévu, le 14 février dernier. Il a été repoussé de six semaines par la Commission nationale électorale indépendante, qui estimait que l’armée mobilisée à combattre les islamistes de Boko Haram ne pourrait pas assurer la sécurité des votes. Depuis, les troupes tchadiennes, nigériennes et camerounaises sont intervenues, garantissant une série de victoires au Nigeria. De quoi redorer un peu le blason du président sortant, Goodluck Jonathan qui est menacé par son principal rival Muhamadu Buhari.

Trente-six localités reprises aux mains de Boko Haram dans l’Etat de Borno, les Etats d’Adamawa et Yobe libres de tous islamistes, depuis le report du scrutin, l’armée n’a jamais été aussi loquace sur ses avancées face aux insurgés. Le président sortantGoodluck Jonathan d’ordinaire, si discret sur le sujet, a quant à lui été vu en tenue de combat, félicitant les troupes nigérianes.

Pas sûr pourtant que ces apparents succès se fassent véritablement ressentir dans les urnes ce samedi. Car si le problème de l’insurrection islamiste a un retentissement international important, son incidence à l’échelle nationale est bien moindre, sortie des trois Etats du nord-est affectés par les violences. D’autant que cette campagne militaire et l’engagement des pays voisins interviennent tardivement, près de deux ans après la mise en place d’un état d’urgence infructueux.

Ces victoires supposées pourraient donc n’être qu’une campagne de publicité sans retombée majeure, les Nigérians votant sur la base de multiples critères, y compris ethniques et religieux. Fin janvier, un sondage mettait Goodluck Jonathan et l’ancien généralMuhamadu Buhari au coude-à-coude autour de 42 % des suffrages, avec l’éventualité que, pour la première fois depuis 1999, le Parti démocratique populaire (PDP) perde le pouvoir.

Je n'irai pas voter car les gouvernements ne tiennent pas leurs promesses

Election présidentielle au Nigeria
23-03-2015 - Par Maureen Grisot

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.