Nigeria: qui sont les 400 personnes enlevées à Damasak par Boko Haram?

Une patrouille militaire tchadienne au Nigeria contre Boko Haram, le 3 février 2015.
© AFP PHOTO / STEPHANE YAS

En France, le ministère français des Affaires étrangères a condamné avec la plus grande fermeté, ce mercredi 25 mars, l'enlèvement par Boko Haram de plusieurs centaines de femmes et enfants dans la ville nigériane de Damasak. On en sait un peu plus sur les quelque quatre cents personnes qui ont été enlevées il y a dix jours par les insurgés.

Les 400 personnes ont été emmenées de force par les combattants de Boko Haram lorsque ceux-ci ont été chassés de Damasak par l'armée nigérienne et tchadienne.

« Certains des otages ont à peine dix ans », ont confié des habitants de la ville à des sources militaires nigériennes sur place. La population qui avait fui regagne progressivement Damasak et donne des détails aux forces armées tchadiennes et nigériennes qui recoupent les informations déjà récoltées auprès de personnes trop âgées pour quitter cette ville située à quelques kilomètres au sud de la frontière avec le Niger et qui compte en temps normal quelque 200 000 habitants.

Lors de la prise de la ville en novembre, les combattants insurgés avaient massacré des dizaines de civils et exécuté autant de fuyards d’où « le charnier que nous avons trouvé », a expliqué une source sécuritaire.

Sur place, Boko Haram avait maintenu en captivité des centaines de jeunes. « Au moment de leur fuite, les Boko Haram ont emmené avec eux leurs otages. Certains avaient à peine dix ans. Nous avons remis un orphelin à la Croix-Rouge qui avait huit ans », a ajouté cette même source, qui a par ailleurs confirmé que les otages étaient endoctrinés depuis bientôt six mois à Damasak.

Les combattants insurgés, selon de bons connaisseurs de la région, se sont sans doute installés avec leurs otages dans le secteur de Gwoza, plus au sud, dans l’Etat de Borno.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.