Au Nigeria, les déplacés du Nord-Est se sentent exclus du scrutin

Des femmes déplacées originaires du nord du Nigeria, à Maïduguri, en février 2015.
© © Obi Anyadike/IRIN

Selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), il y aurait plus d'un million de personnes réfugiées qui ont fui le nord-est du pays, où le groupe Boko Haram sème la terreur. Autour d'Abuja, dans l'Etat de Nassarawa, près de 2 200 personnes déplacées survivent. A quelques jours du scrutin, ces familles traumatisées expriment une certaine amertume à l'idée de ne pas participer pleinement au vote.

Assis à l'ombre d'un manguier, des pères de familles se remémorent l'époque où Gwoza, leur village d'origine, était en paix. Ils sont infirmiers, vendeurs et instituteurs, mais ne peuvent plus mener leurs activités depuis qu'ils ont fui les violences imposées par Boko Haram. « Nous avons planté du haricot, explique Yohanna Wurawa. Mais ici, dans le centre du pays, c'est difficile de vendre nos produits. Cela ne nous rapporte pas grand-chose. Nous consommons une partie de la production. »

La même frustration est exprimée par Filibus Wurta. Cet agriculteur a perdu ses terres, et comme tant d'autres, il manque de moyens pour en louer de nouvelles. « Pendant un an, nous cultivions presque gratuitement ici. Mais ça n'est plus possible, parce que les propriétaires de terres veulent maintenant les vendre et c'est trop cher pour nous: c'est plus de 186 millions de nairas [env. 850 000 euros, NDLR] ! »

Personne n'a pu s'inscrire pour voter

Dans ce village, privé d'électricité, on ne suit pas les débats télévisés sur la politique. La campagne électorale, on la regarde avec une certaine distance, car ici d'ailleurs, personne n'a pu s'inscrire pour aller voter. « Nous ne suivons pas la campagne électorale, poursuit Filibus Wurta. Nous n'avons pas pu nous inscrire sur les listes de la commission électorale. Donc nous n'allons pas voter ».

De son côté, la Commission électorale a assuré être en mesure de faire voter les populations résidant dans les localités du Nord, libérées récemment par l'armée.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.