Republier
RDC ONU

RDC: le mandat de la Monusco renouvelé pour une année

3 décembre 2014. Territoire de Beni, RD Congo. Des soldats de l’armée congolaise et des casques bleus devant le quartier général de la MONUSCO à Beni.
© MONUSCO/Abel Kavanagh

En République démocratique du Congo (RDC), le mandat de la Monusco, la mission des Nations unies en RDC, a bien été renouvelé à New York, ce jeudi 26 mars, au Conseil de sécurité, pour une année supplémentaire. Il prévoit une réduction du nombre de casques bleus, soit 2 000 en moins, ou encore 10 % des troupes en moins. C'est moins que ce que réclamait Kinshasa qui plaide pour un retrait rapide de la Monusco. La résolution a finalement été adoptée à l'unanimité, mais après des négociations assez vives ces derniers jours.

Kinshasa réclamait le départ d'au moins 6 000 casques bleus dès 2015, mais pour les Nations unies c'est trop tôt. La situation sécuritaire est encore trop volatile, en particulier dans l’est du pays, pour aller au-delà d'un retrait de 2 000 hommes.

L'ONU maintient par ailleurs à son niveau actuel le plafond autorisé de la force, soit environ 20 000 casques bleus, se laissant donc la possibilité de revenir sur sa décision.

A plus long terme, le texte prévoit bien la mise en place d'une « stratégie de retrait » mais insiste pour qu'il soit « graduel et progressif » et surtout lié à des progrès réels sur le terrain sur un certain nombre de critères tels que la démocratisation, la mise en place d'une police et d'une armée efficaces et respectueuses des droits de l'homme ainsi que la réduction de la menace que représentent les groupes armés, en particulier les FDLR.

François Mwamba: «Nous devrions pouvoir nous mettre d'accord sur un chiffre qui sera supérieur à 2000. Nous avons des arguments...»
27-03-2015 - Par Florence Morice

Les Nations unies demandent par ailleurs à la RDC d'engager un « dialogue stratégique régulier » sur cette question afin que les deux parties argumentent et se mettent d'accord sur les objectifs à atteindre pour un retrait plus important.

La résolution adoptée à New York souligne également la nécessité de rendre la Monusco plus souple, plus mobile et plus efficace sur le terrain.

Cette réactivité, c'était déjà l'objectif de la brigade d'intervention créée en 2013. Son mandat reste inchangé. Il s’agit d’un mandat offensif qui lui donne le droit d'agir seule, sans Kinshasa, même si cela n'a jamais été le cas jusqu'à présent.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.