Nigeria: lourd revers pour Boko Haram avec la perte de Malam Fatori

Soldats tchadiens déployés dans le cadre de la force militaire mixte contre Boko Haram, au Nigeria, en février 2015.
© REUTERS/Emmanuel Braun

Alors que le Nigeria s’est trouvé un nouveau président en la personne de Muhammadu Buhari, les troupes tchadiennes et nigériennes impliquées dans les combats contre Boko Haram ont chassé les extrémistes de Malam Fatori, ville frontalière du nord du pays, qui était l'une de leurs dernières places fortes, a fait savoir Ndjamena mardi 31 mars.

Du côté de Niamey, on indique que la ville a été libérée avec les forces nigériennes. Ensemble. Au moins une quarantaine d’éléments de Boko Haram ont été tués et une importante quantité d’armes, dont un engin blindé, détruite. Les chefs d’état-major du Niger et du Tchad se rendront demain jeudi sur le front à Malam Fatori au Nigeria.

« Nous avons pris Malam Fatori ce soir. C'est une victoire importante sur Boko Haram », s'est félicité de son côté le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla Bakari.

La prise de Malam Fatori était l’un des objectifs des deux armées depuis qu’elles ont fait leur entrée en territoire nigérian. Après avoir conquis Damasak, Abadam et Abalam, les deux colonnes sont entrées dans Malam Fatori après une brève résistance ce mardi 31 mars. « Les forces armées du Tchad et du Niger ont libéré ce jour, 31 mars 2015, la ville de Malam Fatori après d’intenses combats, a commenté le colonel Azen Bermandoa, porte-parole de l'armée tchadienne. L’ennemi a été totalement défait, la ville de Malam Fatori est sous le contrôle de nos forces. Le bilan définitif vous sera communiqué ultérieurement. »

Selon les officiers joints sur place, Malam Fatori est un champ de ruines, les éléments de Boko Haram ayant pris soin d’incendier boutiques et concessions avant de s’enfuir. A en croire l’armée tchadienne, les islamistes viennent de perdre leur dernier bastion dans le nord-est nigérian.

 → A (RE)LIRE : L’élection de M. Buhari suscite beaucoup d'espoir au Nigeria

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.