Niger: les industries extractives accusées de creuser les inégalités

La déscolarisation compte parmi les effets délétères de la présence d'industries extractives au Niger, selon l'enquête du ROTAB.
© AFP PHOTO PIERRE VERDY

Le Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (ROTAB) vient de rendre publics les résultats d'une étude sur les droits de l'homme et les industries extractives sur l'ensemble du Niger. L'étude, menée un an durant sur les zones d'exploitation de l'uranium, du pétrole et de l'or, révèle que plusieurs droits sociaux et environnementaux sont impactés.

« C’est une petite fille qui a l’âge d’aller à l’école, mais malheureusement, que l’on a trouvée sur un site d’extraction artisanale de l’or. Le travail des enfants y est très élevé », rapporte Naomi Binta, coordinatrice de l’étude du Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire. Une étude qui révèle que plusieurs droits sociaux sont impactés dans les zones visitées, « même l’accès à l’eau potable ».

Selon Ali Idrissa, coordinateur du ROTAB et membre de l’organisation Publiez ce que vous payez, « ces populations subissent des impacts environnementaux, des impacts sur la santé humaine ». Des impacts documentés à plusieurs reprises, notamment en 2010 par l'ONG Greenpeace. Il existe également des inégalités dans le traitement salarial des agents dans certains secteurs : « 12% seulement est réservé aux Nigériens, les 88% vont dans les poches des Chinois, il s’agit de l’exploitation du pétrole », affirme ainsi Ali Idrissa.

L’étude du ROTAB est assortie de plusieurs recommandations, à destination des acteurs des industries extractives d’une part, mais aussi, et d’abord, à destination de l’Etat du Niger, un pays producteur d'uranium depuis cinq décennies, d'or depuis une décennie et de pétrole depuis trois ans. « L’Etat doit mettre à la disposition des services et concentrer suffisamment de moyens pour qu’ils puissent faire face à leur mission », juge le ROTAB.

Le réseau plaide également pour que la loi sur les industries extractives du 9 août 2006 soit complétée « en vue de pouvoir prendre en charge les autres paramètres dus à l’exploitation des ressources naturelles du sous-sol et obliger les compagnies à respecter scrupuleusement les lois et les règlements de notre pays ». Aux citoyens, il est recommandé de s’approprier tous les textes sur les lois minières.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.