Republier
Kenya Somalie

Après Garissa, le Kenya bloque des comptes bancaires suspects

Un militaire kényan devant l’université de Garissa, où une attaque des shebabs somaliens à fait presque 150 morts, le 2 avril 2015.
© AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

Le Kenya a décidé de bloquer les comptes bancaires de sociétés et d'ONG soupçonnées d'entretenir des liens avec des islamistes somaliens shebabs. Cette mesure concerne au total 85 personnes et organisations. Parmi elles, figurent Muslim for Human Rights, une ONG de défense des droits de l'homme active à Mombasa et qui dénonce, ces derniers jours, des arrestations arbitraires.

Le président de Muslim for Human Rights, Khelef Khalifa, proteste contre le blocage de ses comptes. Il assure que son organisation est transparente et ne devrait pas être frappée par cette décision : « Nous sommes choqués de voir que notre organisation est concernée par cette mesure, parce que nous avons toujours respecté les lois du pays. Nous fournissons nos relevés tous les ans au ministère des Finances. Nous détaillons par ailleurs la liste de tous nos bailleurs, notamment le montant des fonds que nous recevons. Nos comptes sont publics. On ne nous a jamais demandé de nous justifier sur le financement de nos activités, que nous exerçons légalement ».

Pour Khelef Khalifa, l’organisation est visée notamment parce qu’elle dénonce régulièrement les cas de violations des droits de l'homme : « A chaque fois, c'est perçu comme une prise de position contre le gouvernement. Mais nous défendons la liberté d'opinion et les droits de l'homme. A ce titre, nous critiquons aussi bien la police, que le gouvernement. Donc je pense que tout cela est purement politique ».

Ces organisations ont 24 h pour justifier de la traçabilité de leurs fonds auprès du gouvernement kényan.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.