Génocide rwandais: l'expérience de la commission d'enquête en Belgique

L'ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt.
© AFP/Georges Gobet

La France a décidé mardi d'ouvrir les archives de la présidence française sur le génocide rwandais. Kigali s'est félicitée de cette initiative au lendemain du 21e anniversaire du déclenchement des massacres qui ont fait au moins 800 000 morts selon les Nations unies. Les associations de victimes et les chercheurs se montrent plus réservés. Vingt-et-un ans après la tragédie, pourquoi cette décision française maintenant ? La Belgique, ancienne puissance coloniale, avait pris les devants dès 1997.

Avec notre bureau à Bruxelles

En avril 1997, le Sénat belge décide de mettre en place une commission d’enquête parlementaire sur le génocide rwandais. Une mise en œuvre rendue possible par une forte pression populaire. Les familles des dix casques bleus tués lors des premiers massacres à Kigali n’ont eu de cesse de demander des comptes aux autorités. Elles ont aussi pu compter sur le soutien des Belges : en trois mois, une pétition nationale a recueilli 200 000 signatures. Face à cet élan, le Parlement ne pouvait plus refuser la formation de cette commission.

Sur le papier, le mandat de cette instance était particulièrement étendu. Elle devait examiner les politiques mener à l’égard du Rwanda, mais elle devait aussi formuler des conclusions sur la responsabilité de la Belgique dans cette tragédie. Le rapport a finalement souligné des déficiences ou des problèmes de coordination entre le gouvernement et l’armée. En revanche, les conclusions ne reviennent pas directement sur la responsabilité des autorités.

En fait, les travaux de cette commission porteront leurs fruits politiques quelques années plus tard, le 7 avril 2000 exactement. Ce jour-là, le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt demande pardon au Rwanda au nom de la Belgique et des Belges.

A lire: Entretien avec Alain Destexhe, sénateur belge qui fut rapporteur de la commission spéciale du Sénat belge sur le génocide du Rwanda en 1994

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.