Processus électoral au Tchad: l'opposition veut une biométrie complète

Le président tchadien, Idriss Déby Itno a suscité un début de polémique en affirmant que la biométrie était trop chère à mettre en place.
© AFP PHOTO / STR

Au Tchad, l’organisation des prochaines élections est au centre d’une polémique. Le pouvoir a annoncé qu’il était impossible d’organiser un recensement biométrique complet, c'est-à-dire la délivrance des cartes d’électeurs et un kit de contrôle qui devrait réduire les votes multiples. Samedi 11 avril, l’opposition a organisé une conférence de presse pour exiger la biométrie complète.

Il y a quelques semaines, le chef de l’Etat, en recevant la Commission électorale nationale indépendante, a indiqué que l’organisation du recensement biométrique en vue des prochaines élections allait coûter cher, très cher. Et d'ajouter que des kits d’identification des électeurs à chaque bureau de vote devrait encore alourdir la facture, avant de conclure que Tchad n’en a pas les moyens.

Un « élément fondamental »

Cette sortie, l'opposition ne la comprend pas et a tenu à le faire savoir. Brice Mbaimon est le porte-parole du Collectif de l’opposition pour changement (Coloc). Pour lui, « ce qui demeure un élément fondamental », c'est la question suivante : « A quoi sert de dépenser tant de milliards pour organiser un recensement biométrique et au finish, abandonner l’élément central qui constitue son terminus, sinon sa validité ? ».

Pour des élections « crédibles »

« La question du kit ne doit pas être une question discutable, défend-t-il. Il doit purement et simplement être intégré dans le dispositif pour permettre qu’on aille à des élections apaisées mais crédibles. » L’opposition rappelle que ce sont les kits d’identification qui empêchent les votes multiples et ont été pour beaucoup dans la victoire de l’opposition au Nigeria voisin. Les refuser équivaudra à refuser des élections honnêtes, selon elle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.