Republier
RCA

RCA: le CNT satisfait des compromis réalisés par la présidente

La nomination de Jean-Jacques Demafouth, chef de l'ancienne rébellion APRD, au poste de président du comité technique d'organisation du forum, fait polémique.
©

En Centrafrique, la présidente prend des mesures d'apaisement face à la fronde du Conseil national de transition (CNT) qui reprochait notamment le manque de concertation autour de l'organisation du forum de Bangui. Lundi 13 avril, le Premier ministre Mahamat Kamoun s'est expliqué devant le Parlement provisoire. Il a notamment annoncé qu’un membre du CNT ferait partie du présidium du forum de Bangui.

Devant la gronde des parlementaires, l'exécutif a décidé de lâcher du lest en ce qui concerne le présidium du Forum de Bangui. Mahamat Kamoun a annoncé qu'un membre du Conseil national de transition (CNT) serait désormais intégré à ce bureau. Une bonne nouvelle, mais qui ne satisfait pas entièrement Léa Boua Doumta, vice-présidente du CNT.

« C'est une très très bonne chose, j'estime que nous allons dans la bonne direction. Mais le décret le plus controversé c'est celui qui porte sur la désignation des membres du comité d'organisation », détaille-t-elle.

Ce qui pose problème, c'est bien la nomination de Jean-Jacques Demafouth au poste de président du comité technique d'organisation du forum. Mais pas question pour l'instant pour l’exécutif de revenir sur cette décision. Le Premier ministre a néanmoins annoncé qu'une réunion de concertation serait organisée dans les prochains jours entre le CNT et la présidence.

« Vous savez l'esprit qui anime la transition dans la charte constitutionnelle, c'est le consensus, la concertation. Il faut écouter les forces vives. Ça fait une semaine que nous demandons ça, affirme la parlementaire Gina Sanzé. S'il y a une concertation demain, après-demain pourquoi pas. Peu importe la date si nous voulons accélérer les choses, consultons les forces vives pour voir ce qu'ils disent afin de mettre en place une équipe qui puisse réunir tout le monde. »

La présidence a voulu calmer le jeu, deux semaines avant le forum de Bangui. La majorité des membres du CNT sont d'ailleurs satisfaits des mesures annoncées par Mahamat Kamoun, même s'ils déplorent avoir dû pousser « un coup de gueule » pour arriver à se faire entendre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.