Republier

Génocide rwandais: procès en appel au TPIR de Pauline Nyiramasuhuko

Pauline Nyimarasuhuko
© DR

Le procès en appel de Pauline Nyiramasuhuko se poursuit à Arusha, en Tanzanie, au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). L’ancienne ministre rwandaise de la Famille avait été la première femme à être reconnue coupable de génocide par un tribunal international, le 24 juin 2011, au terme d’un procès-fleuve.

« Au lieu de protéger les familles comme le stipulait le mandat de son ministère, l’accusée a décidé de les exterminer », avait dit, en première instance, Holo Makwaia, magistrate tanzanienne.

A l’ouverture de l’audience en appel cette semaine, la représentante du parquet a rappelé que Pauline Nyiramasuhuko était l’une des personnes les plus puissantes du Rwanda au moment du génocide. Alison McFarlane a accusé l’ancienne ministre d’avoir ordonné aux soldats et miliciens interhamwés de violer et de tuer des femmes tutsies, en mai et juin 1994, à Butare, dans le sud du pays, sa région d’origine.

Butare, centre intellectuel du Rwanda, a été épargné par les massacres durant les premières semaines du génocide. Selon des témoins, le début des massacres, à Butare, a coïncidé avec l’arrivée de la ministre dans la ville.

Pauline Nyiramasuhuko, 69 ans, est d’origine modeste ; ses parents étaient ouvriers agricoles. Elle a été arrêtée au Kenya en juillet 1997. Elle comparait avec son fils, Arsène Shalom Ntahobali, ex-homme d’affaires et dirigeant d’une milice locale. Ce dernier a également été condamné à perpétuité par le TPIR, en 2011.

Les avocats québécois de Nyiramasuhuko ont demandé l’acquittement. Ils estiment que l’ex-ministre a été condamnée suite à des dépositions de témoins « contradictoires et incohérentes ». Selon le procureur, le jugement devrait être prononcé en début de semaine prochaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.