RCA: libération de Peuls réduits en esclavage par des groupes armés

Des éleveurs peuls en Centrafrique.
© Laurent Correau / RFI

En Centrafrique, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), en collaboration avec la mission des Nations unies dans le pays, la Minusca, a libéré la semaine dernière une vingtaine de nomades peuls réduits en esclavage par des groupes armés dans l'ouest du pays. L'ONG dénonce de graves violations des droits de l’homme.

Fatima a le regard vide et un délicat sourire sur les lèvres. Elle ne veut pas raconter son histoire et préfère que l'on change son nom. Négligemment, elle pose la main sur son ventre. Elle a été violée par un des membres du groupe armé qui la retenait captive dans la brousse, à 40 kilomètres du village de Yaloké. Elle est enceinte de cinq mois. Il y a une semaine, elle a été libérée par les soldats de l'ONU et par le Haut Commissariat aux réfugiés.

« Le HCR et la Minusca ont effectivement pu libérer 21 personnes : deux hommes, six femmes et treize enfants. Trois femmes sur les six ont été violées et se trouvent aujourd’hui dans un état de choc et sont totalement traumatisées, rapporte Dalia Alachi, la porte-parole du HCR. Les personnes nous ont rapporté de graves violations de droits de l’homme. On nous a parlé de tortures, on nous a parlé de viols collectifs et de travail forcé. Ces personnes ont pu être transportées vers l’enclave de Yaloké où aujourd’hui elles reçoivent des soins médicaux et un appui psycho-social. »

Cette libération a été rendue possible par la médiation des soldats de l'ONU avec les groupes armés dans l'ouest du pays. Si la situation se normalise dans les zones urbaines, le HCR s'alarme des exactions quotidiennes en brousse. Selon le Haut Commissariat aux réfugiés et les comités de protection locaux, ces bandits retiendraient encore plus d'une centaine de nomades peuls qu'ils forcent à travailler pour eux dans les champs où à servir d'esclaves sexuels.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.