RCA: condamné pour viol, l'ex-ministre du Tourisme est en fuite

Cette affraire embarrasse les autorités judiciaires et les services de sécurité centrafricains. Photo : la prison de Ngaragba, à Bangui.
© AFP/Patrick Fort

Le ministre centrafricain du Tourisme, condamné le 8 avril dernier en première instance à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, s'est fait la belle il y a une semaine, a-t-on appris lundi. Romaric Vomitiadé fait l'objet d'un avis de recherche.

Condamné à deux ans de prison ferme le 8 avril dernier, Romaric Vomitiadé était détenu dans les locaux de la SRI, la Section de recherche et d'investigation de la gendarmerie à Bangui, en attendant de pouvoir intégrer une cellule du camp de Roux, en cours de réhabilitation.

Le samedi 11 avril, pour raison de santé, une permission lui est octroyée pour le week-end. Mais le lundi suivant, l'ex-ministre ne réapparaît pas. Ni même le mardi, alors qu'il devait se rendre au ministère pour la passation de service avec son successeur. « Il avait déjà bénéficié d'une permission qui s'était déroulée sans problème, remarque le procureur de la République Ghislain Grésenguet. En principe, pour toute sortie, il devait être escorté par des éléments de la gendarmerie », s'étonne-t-il encore.

Au sein de la hiérarchie de la gendarmerie, on se défend de tout dysfonctionnement, rejetant la responsabilité de la permission sur le parquet. L'ancien ministre a-t-il bénéficié de complicités internes ? Les enquêteurs ne l'excluent pas.

Toujours est-il que Romaric Vomitiadé, activement recherché, est toujours introuvable. L'affaire embarrasse fortement les autorités judiciaires et les services de sécurité centrafricains. La condamnation du ministre Vomitiadé était brandie comme un symbole de la lutte contre l'impunité et de la reprise du fonctionnement de la justice en Centrafrique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.