[Reportage] Niger: Barkhane sur les traces des caches des jihadistes

La cache ne contenait pas d'armes, mais des vivres.
© RFI/Slt Odolant via Olivier Fourt

Toute la semaine, RFI vous propose de suivre les soldats de l'opération Barkhane en mission dans l'extrême-nord du Niger. Notre journaliste Olivier Fourt a pu suivre l'opération Kunama 2 qui s'est déroulée du 8 au 14 avril. Objectif : endiguer les flux de ravitaillement des terroristes qui transitent par le nord du Niger. Après un parachutage au débouché de la passe de Salvador pour empêcher le passage des trafiquants venus de Libye, les légionnaires du 2e REP partent à la recherche des caches des jihadites en plein désert.

Avec notre envoyé spécial,

Le soleil se lève à peine dans le désert, le caporal Vassily quitte le petit poste de combat qu’il a soigneusement camouflé entre deux rochers. La nuit a été fraîche. Depuis qu'ils ont été parachutés, les légionnaires n’ont rien trouvé. « Rien qui bouge dans cet endroit du monde », explique le caporal.

Puisque personne n’est tombé dans le piège tendu par les légionnaires autour de la passe de Salvador, les soldats de Barkhane décident d’aller chercher les jihadistes jusque sur leur site de bivouac. « Là on est juste au nord de la zone de saut, au nord de la passe de Salvador, donc là on a reçu pour mission de contrôler des points répertoriés comme étant des zones d’abri où ils ont mis de l’essence ou peut-être de la documentation », rapporte le capitaine Pierre.

En plein désert, au pied d’une dune, le capitaine Antoine se met à creuser dans le sable à un endroit très précis grâce aux photos satellites, aux coordonnées GPS et à son détecteur de métaux. « Il y a du thé, de la semoule, du riz. » Tout autour, une quinzaine de fûts de carburant, tous vides. Un point de ravitaillement pour les pick-up. « Là, vous voyez typiquement on est parfaitement à l’abri donc ils peuvent venir ici faire le plein sans être vus et ensuite laisser des fûts, commente le capitaine Pierre. C’est pour ça qu’on va percer tous les bidons, on va tout cramer pour qu’ils sachent qu’ils ne sont plus en sécurité ici. »

Finalement, sur les cinq points à fouiller, seule une cache aura été mise au jour. Pas d’armes, pas d’ordinateurs ou de pièces détachées, seulement dix kilos de riz et de semoule ainsi que des boîtes de thé.

Demain, les soldats nigériens impliqués dans l'opération nous feront visiter leur bivouac.

Ecouter le reportage dans son intégralité
21-04-2015 - Par Olivier Fourt

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.