Togo: la campagne présidentielle s’est déroulée dans le calme

Tous les endroits sont bons pour accrocher une affiche de campagne.
© RFI/OR

Au Togo, la campagne pour la présidentielle se terminait jeudi soir. Les Togolais sont appelés samedi 25 avril aux urnes. C’est un scrutin présidentiel à un seul tour pour lequel l’opposition arrive en ordre dispersé. Cinq candidats sont en lice dont le président sortant Faure Gnassingbé et son principal adversaire le chef de file de l’opposition Jean-Pierre Fabre.

On a globalement assisté à quinze jours de campagne particulièrement tranquilles. Jeudi matin sur le grand marché de Lomé, des militants du candidat Faure Gnassingbé et d’autres du candidat Jean-Pierre Fabre se sont croisés dans une ambiance bonne enfant, échangeant même des plaisanteries. Loin de l’ambiance donc d’il y a cinq ans, où les cortèges des deux candidats avaient plutôt tendance à échanger des coups. Et encore moins, il y a dix ans en 2005 où le pays avait connu une véritable tragédie avec 500 victimes au lendemain des élections.

Beaucoup d’habitants de Lomé ont trouvé que cette campagne avait été un peu terne. Elle n’a pas soulevé en tout cas la même passion que lors des scrutins précédents. En ce dernier jour de campagne, le candidat Gerry Komandega Taama faisait du porte-à-porte à Lomé, Aimé Gogué et Mohamed Tchassona Traoréqui étaient en province. Les deux poids lourds, Jean-Pierre Fabre et Faure Gnassingbé ont terminé leur campagne par la capitale. Faure Gnassingbé avait choisi la commune de Baguida à l’est de Lomé. C’est une commune qui fut en fait la première capitale de l’histoire du Togo. C’était un meeting surprise pour les habitants de cette commune qui n’ont été prévenus qu’en dernière minute de l’arrivée du président candidat.

Jean-Pierre Fabre s’est lui offert un meeting monstre au stade municipal après avoir conduit une caravane imposante dans les rues de Lomé. La capitale était d’ailleurs jeudi soir parée à ses couleurs, l’orange. On peut dire que Lomé est véritablement le fief politique du chef de file de l’opposition.

Si la campagne s’est déroulée globalement dans le calme, elle a été marquée par une polémique autour de Succes le logiciel de compilation et de transmission des résultats. Depuis 48 heures cette polémique monte en puissance et elle commence a inquiété pas mal de monde dont Jean-Pierre Fabre mais aussi Aimé Gogué. Ils refusent que la commission électorale se serve de ce logiciel de compilation et de transmission des résultats. Ils y voient un risque majeur de fraude. La Céni a beau tenter de rassurer les candidats, la polémique est bel et bien lancée. La confiance entre une partie de l’opposition et la commission électorale est bel et bien rompue.

Ecoutez le reportage de notre envoyé spécial à Lomé
24-04-2015 - Par Olivier Rogez