RDC: un militant de Filimbi devant la justice après 40 jours de prison

Capture d'écran du site du mouvement congolais Filimbi.
© www.filimbi.org

En RDC, après 40 jours de détention par les services de renseignements congolais, Yves Makwambala a été présenté au Parquet vendredi 24 avril. Cet infographiste ainsi que six autres membres de l’association Filimbi avait été arrêtés après avoir organisé une rencontre avec des militants sénégalais et burkinabé de Y en a marre et du Balai citoyen, il y a plus d’un mois.

C’est affaibli, moralement et physiquement qu’Yves Makwambala est apparu devant le procureur, raconte son avocat qui a pu le rencontrer pour la première fois vendredi. Après plusieurs heures d’attente il n'y a pas eu d’inculpation, l’instruction de son dossier devrait avoir lieu dans la matinée de samedi.

Après 40 jours de détention par les services de renseignement congolais, le jeune infographiste qui avait réalisé le site internet de l’association Filimbi, devrait donc savoir samedi s’il est inculpé ou libéré. Un autre militant Fred Bauma, du mouvement lutte pour le changement, également arrêté le 15 mars dernier reste détenu : c’est le dernier à ne pas encore avoir été présenté devant un juge.

Rapport parlementaire

Les quinze députés mandatés par le Parlement pour s’informer sur la procédure en cours, ont finalement terminé leur rapport mercredi. Leur principale conclusion, selon des sources concordantes, serait que le procureur traite le dossier Filimbi avec célérité, car après une semaine d’entretiens avec tous les services concernés, les députés n’ont trouvé aucun élément à charge dans le dossier de ces militants détenus depuis plus d’un mois.

Le rapport des parlementaires doit maintenant être soumis au président de l’Assemblée nationale, puis à l’ensemble des députés, avant d’être débattu en plénière, peut-être en fin de semaine prochaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.