[Reportage] Niger: Barkhane de retour à Madama

Au Niger, les soldats français de l'opération Barkhane à Madama, un base en constante évolution.
© RFI/Olivier Fourt

Les soldats de la force française Barkhane étaient en mission dans l'extrême nord du Niger pour l'opération Kunama 2, du 8 au 14 avril. L’objectif était de bloquer brutalement la passe de Salvador grâce à une opération aéroportée afin de couper la route des trafiquants qui transitent dans la région. Après quatre jours d'opérations, l’aventure touche à sa fin. Les soldats sont de retour à Madama, une base française qui se cesse de s’agrandir.

« Enfin à Madama. Là, on a hâte de prendre une petite douche et après essayer de se reposer un minimum avant de repartir sur Ndjamena continuer la mission », témoigne un militaire français. Madama, il y a quelques mois, ce n’était encore qu’un petit village de tentes et de containers à proximité du fort nigérien. Aujourd’hui, l’emprise militaire française est située à près de deux kilomètres de là. Entourée de murs de protection, elle accueille actuellement près de 200 soldats, voire beaucoup plus comme au retour de l’opération Kunama 2.

« Effectivement, on est un peu plein comme un œuf, comme on dit ». Le lieutenant-colonel Philippe nous reçoit sur le site du forage en cours de réalisation sur la base, c’est le commandement du détachement français : « Le forage doit descendre jusqu’à 500 mètres, cela nous permettra de récupérer toute l’eau sanitaire pour les toilettes, le lavage et autre, mais aussi pour les machines à laver et ensuite pour la partie ordinaire où on pourra manger en vivres frais ».

Madama est idéalement située sur la transsaharienne à une centaine de kilomètres de la Libye, mais c’est un endroit inhospitalier, balayé par les tempêtes de sable. « Voilà, on est juste sur la partie des 500 derniers mètres de la piste qui a été faite ». Il y a deux hangars de textile et de métal qui sont en train de se monter et à l’avenir, il y en aura d’autres. « Ça devrait augmenter, entre sept à dix. Ça dépendra forcément des conditions climatiques, mais une grande partie du matériel est déjà sur place », détaille le lieutenant-colonel Philippe.

Barkhane a donc dû tout construire ou presque. Il y avait bien une piste d’aviation en mauvais état, elle a dû être rallongée, pour passer de 800 à 1 800 mètres et accueillir les avions de transport de fret. En principe c’est le 1er juillet prochain que Madama atteindra sa pleine capacité opérationnelle, comme disent les militaires. Une base perdue dans l’extrême nord du Niger qui pourrait se retrouver en première ligne en cas d’intervention armée en Libye.

Ecoutez le reportage dans son intégralité
24-04-2015 - Par Olivier Fourt

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.