Côte d’Ivoire: «Le FPI aura un candidat», affirme Affi N’Guessan

Pacal Affi N'guessan devant un portait de Laurent Gbagbo, le 11 avril à Abidjan au siège du FPI, lors de l'anniversaire de l'arrestation de l'ancien président ivoirien.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Le FPI participera bien à l'élection présidentielle d'octobre prochain en Côte d’Ivoire. Son président, Pascal Affi N'Guessan, l'a annoncé, ce week-end en marge d’un déplacement à Bouaké. Une déclaration qui intervient alors qu’Alassane Ouattara a été investi candidat unique du RHDP, la coalition au pouvoir depuis 2010.

« Nous aurons un candidat face à Alassane Ouattara. » Sans même attendre le congrès de son parti, prévu pour la fin mai, Pascal Affi N'Guessan a affirmé samedi sa détermination à ce que le Front populaire ivoirien (FPI) participe à l'élection présidentielle. « Les Ivoiriens veulent un changement maintenant », a poursuivi le président du parti de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo.

Pascal Affi N'Guessan, récemment rétabli à la tête du parti par la justice, multiplie en ce moment les meetings. Ce samedi, il était à Bouaké, très emblématique ancien bastion de la rébellion des Forces nouvelles au début des années 2000, situé dans le centre du pays.

Cette annonce d’une candidature à la présidentielle d’octobre prochain est « tout à fait naturelle : le FPI a été créé pour prendre le pouvoir », insiste un proche de Pascal Affi N’Guessan. Mais cette position est loin de faire l'unanimité au sein du FPI, principal parti d'opposition.

Un FPI au bord de l'implosion

Au bord de l'implosion depuis plusieurs mois, le FPI est désormais coupé en deux. Face à Pascal Affi N'Guessan et ses soutiens, Aboudramane Sangaré et ses partisans. Des dissidents, qui restent partagés sur la question. Pour l'un d'entre eux, joint par RFI, « le FPI n'est pas prêt pour la présidentielle. La priorité, c'est de restaurer le parti ». Un autre cadre affirme le contraire. « C'est acté. Nous aurons bien un candidat », explique-t-il, avant de préciser que, selon lui, « ce qui est sûr aussi, c'est que ce ne sera pas Affi. »

Autant de dissensions qui prouvent que c'est une opposition affaiblie et divisée qui se prépare à la présidentielle ivoirienne, tandis que le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), la coalition au pouvoir, a désigné samedi officiellement Alassane Ouatarra comme son candidat unique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.